Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 24 Jan 2018 04:43

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
Message non luPosté: 06 Juil 2017 10:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
"elle va intégrer une école prépa vétérinaire en septembre"

Yo !

C'est net qu'il y aura un changement de vision et de rapport social à force que les gentes arrivent dans la vie active en ayant transitionné, contrairement à avant où la transition faisait à l'inverse souvent sortir de celle ci. Notre ajeunissement moyen va modifier le paysage.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juil 2017 19:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Avr 2012 21:10
Messages: 5612
Localisation: pres de Jyon Grrrr
voui, ça c'est vrai, ce serait un vrai changement et positif
mais il faudra le passing d'emblée pour sur,
pour les autres, il faudra un accès aux chirurgies nécessaires AVANT d'avoir accédé à l'emploi (aux moyens donc)
La banque? pas pour demain. La famille? Pas forcément, les convictions sont contre.
Donc sans le passing "ab initio", c'est une forte sélection qui va "opérer"

ne croyez-vous pas?

_________________
jamgie = angelline,angellinne,samyda,cleopotra,suzie-cute,jamie
je garde "ni muse ni soustype" car c'est du Angelline copyright
pour le reste, je garde le 7, mais ici ce sera 1111111
Emprunt « [b][size=85]Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront[/size][/b]. » R.C.
Mon expérience vaut largement celle de tous les charlots du monde et je n'ai QUE des ami(e)s


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juil 2017 19:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Fév 2008 17:50
Messages: 48
Localisation: Paris
plus les personnes qui ont un ressenti tôt pourront commencer tôt et poins elles auront des difficultés...l'acceptation passe aussi par l'accoutumance.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juil 2017 20:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Avr 2012 21:10
Messages: 5612
Localisation: pres de Jyon Grrrr
c'est vrai,
plus tôt on pourra trier qui va , adulte, être mal dans son sexe physique pour l'orienter avant vers un "incubateur" moins il y aura de malheureux (pour cette raison là). Il n'y aura plus que les ratages du tri, rien n'est jamais parfait (on m'a changé de sexe mais je ne voulais pas!)
Il faudrait un test béton , ce qui sous entend qu'il y a un profil transgenre détectable, dans l'adn, les gènes, les chrmosomes, le crane, les, le , la.., pour peu que la science trouve ça, mais là on retombe dans un autre débat. :?
Même libérer la parole des bébés n'aiderait pas :(

_________________
jamgie = angelline,angellinne,samyda,cleopotra,suzie-cute,jamie
je garde "ni muse ni soustype" car c'est du Angelline copyright
pour le reste, je garde le 7, mais ici ce sera 1111111
Emprunt « [b][size=85]Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront[/size][/b]. » R.C.
Mon expérience vaut largement celle de tous les charlots du monde et je n'ai QUE des ami(e)s


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 25 Juil 2017 23:18 
Hors ligne

Inscription: 21 Juil 2017 18:43
Messages: 4
J'ai regardé ce documentaire il y a quelques temps, je l'ai trouvé relativement intéressant pour son côté sociologique. En effet je pense qu'il est plus facile pour un "enfant" (comme pour Andrea-89, j'ai 21 ans donc "jeune" n'est peut-être pas le mot adéquat pour ma part) de se stabiliser moralement et socialement s'il commence sa transition tôt.
Après, je doute que le genre soit défini dans le cerveau, ça rouvrirai le débat sur le déterminisme, comme tu dis jamgie. J'irai même plus loin en extrapolant ça à la religion.

Mais niveau papier, il est possible de changer son nom et son genre en étant mineur?

_________________
Effondrez vos immeubles, ils me cachent le soleil.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 09:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Nov 2014 08:32
Messages: 330
Hello,

apparemment il y a bien des structures de genre dans le cerveau (dans l'hypothalamus), mais c'est comme pour toute détermination, sa réalisation dans la vie de la personne doit être décidée par celui ou celle qui la vit, et ce serait une erreur que de forcer des personnes à entamer des parcours de transition alors qu'ils ou elles n'en sont pas convaincues. Ouvrir la possibilité oui, forcer non !

Donc même si on isole des facteurs biologiques de genre, un accompagnement psy intelligent sera toujours utile pour aider la personne à comprendre où elle en est de la question de son genre et de la façon dont elle veut vivre son genre en société...

Enfin c'est mon avis...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 14:05 
Hors ligne

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 178
Bonjour LilasLuz,

Il est clair que l'on ne devient pas trans pour des raisons sociologiques ou familiales (exemple : le fait de n'être élevé que dans un environnement féminin).

La base est clairement génétique car cela faisait partie de l'un des sujets de très longue discussion avec mon papa quand j'étais gamine. Sur un plan scientifique, les niveaux de chaque hormone sont soumis à une régulation stricte et les variations sont étroitement régulées par l'organisme. MAIS ces mêmes niveaux sont différents d'une ethnie à une autre et d'un individu à un autre au sein de la même origine ethnique... ce qui implique que l'ensemble est sous-tendu par une base génétique.

Un exemple simple que j'ai constaté sur moi : dans mon bilan pré-thérapeutique, mon niveau masculin d'estradiol était à la limite supérieure de la normale pour un homme (mais limite qui croise avec celui d'une femme cis en début de phase folliculaire). Si l'on veut partir de cette hypothèse, il faudrait vérifier si les futures MtF ont ce profil particulier avec estradiol à la limite supérieure.
Ainsi si cela s'avère exact, un "simple" dosage d'estradiol pourrait déjà discriminer entre homme cis et femme trans au moins dans un premier temps.

Mais si l'on a en plus les marqueurs génétiques, comme dans tout domaine scientifique, cela pourrait contribuer à l'épanouissement des humains (ici les trans en les prenant en charge plus précocement) ou à leur extinction (eugénisme avec ITG parce que le futur enfant porte les gènes "trans", discrimination à l'embauche selon son patrimoine génétique pour accéder à des postes-clés, augmentation des primes d'assurance à la souscription, pour terminer à l'extrême une arme biologique permettant de cibler les personnes porteuses du ou des gènes spécifiques)

Certes cela peut paraître de la science fiction mais l'Humanité a pour fâcheuse tendance à répéter indéfiniment les erreurs du passé dont la plus importante : détourner une bonne chose vers un but moins louable... Donc comme le disait mon cher papa, il est préférable que certaines choses restent à jamais dans les profondeurs des Ténèbres si l'on ne veut pas que les vieux démons de l'Humanité reviennent à la surface

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 15:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Ce qui est amusant avec l'usage de l'expression (plus même que de la notion) "d'évidence", c'est qu'elle est toujours invoquée en préambule à une proposition dont on sait parfaitement qu'elle est controversée, et par ailleurs de l'ordre de la pétition de principe, invérifiable et en même temps difficile ou impossible à réfuter tellement elle est tautologique et vague. Bref que justement elle ne relève pas de la notion d'évidence, au mieux de consensus majoritaire. Mais bon, la croyance est indissociable de la connaissance chez nouzautes (je veux dire la bébête humaine), sans elle on n'arrive pas à se projeter et à lancer des hypothèses. En attendant, la transsité telle que nous la connaissons et la voyons de développer se situe bel et bien dans une époque, avec d'une part ses caractéristiques sociales, d'autre part ses capacités matérielles (et les unes ne sont pas indépendantes des autres). Après on peut tenir la thèse d'une possibilité toujours latente qui "n'attendait" que des conditions favorables pour se développer. Perso j'en doute, parce que je crois (hé oui) que la réalité entraîne et conditionne régulièrement du nouveau, et que tout n'a pas été écrit à une origine supposée.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 15:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Quant aux suppositions sur une prédisposition physique liée au sexe social, elle fait un peu penser aux vieilles thèses sur la criminalité liée à des dommages cérébraux, abandonnée (sauf par quelques furieux) depuis belle lurette. Les travaux entre autres de Catherine Vidal, dont j'ai du déjà causer quelque part sur ce forum, mettent en lumière les biais innombrables qui parsèment l'approche neurobiologique en la matière. Aucune des "équipes", en europe, qui suivent toute une partie de la population trans' depuis un quart de siècle, ne s'est d'ailleurs jamais aventurée sur ce chemin, après compilation de leurs données. Apparemment qu'il n'y a pas vraiment de traces de ce côté là.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 15:29 
Hors ligne

Inscription: 23 Nov 2009 20:20
Messages: 2050
rania-m a écrit:
Certes cela peut paraître de la science fiction mais l'Humanité a pour fâcheuse tendance à répéter indéfiniment les erreurs du passé dont la plus importante : détourner une bonne chose vers un but moins louable...

Ce à quoi tu t'emploies ici avec force de présomption. cf. Ta définition de la dysphorie de genre dans un autre topic et la façon de l'éradiquer d'un diagnostic.
Tes assertions sont aussi ridicules et arriérées que l'esprit de ceux qui les ont formulées. Le domaine de la psychiatrie échappe de très loin à l'empirisme et au rationalisme dont se revendique le monde médical.

rania-m a écrit:
Donc comme le disait mon cher papa, il est préférable que certaines choses restent à jamais dans les profondeurs des Ténèbres si l'on ne veut pas que les vieux démons de l'Humanité reviennent à la surface

Et combien il avait raison.

Pluplume a écrit:
Quant aux suppositions sur une prédisposition physique liée au sexe social, elle fait un peu penser aux vieilles thèses sur la criminalité liée à des dommages cérébraux, abandonnée (sauf par quelques furieux) depuis belle lurette. Les travaux entre autres de Catherine Vidal, dont j'ai du déjà causer quelque part sur ce forum, mettent en lumière les biais innombrables qui parsèment l'approche neurobiologique en la matière. Aucune des "équipes", en europe, qui suivent toute une partie de la population trans' depuis un quart de siècle, ne s'est d'ailleurs jamais aventurée sur ce chemin, après compilation de leurs données. Apparemment qu'il n'y a pas vraiment de traces de ce côté là.

Absolument.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 15:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Tiens Cheyenne, bougrement longtemps qu'on n'avait plus de nouvelles de toi !

Ba les thèses que défend Rania sont je crois rattachées à celles de l'époque où on présupposait, après tout non sans raison apparente, qu'intersexuation et transidentité étaient nécessairement liées (et hiérarchisées, l'une entraînant l'autre). Bref les années 30 à 60. Ce n'est pas que ça ait été réfuté en tant que tel, dans l'absolu, c'est juste que depuis qu'on commence à avoir de vraies cohortes (aux deux sens du terme, hi hi !) de trans' qui passent par le médical, on n'a pas réussi à démontrer ce lien, et apparemment, d'une part (cf Vidal ou Joelle Wiels entre bien d'autres) les variabilités biologiques semblent bien plus larges et fréquentes qu'on l'a cru autrefois, et par ailleurs la vague trans' semble dépasser de très loin ce cadre.

Disons que sur ces questions particulièrement complexes, on ne peut à mon avis précisément pas parler d'évidence, rien n'apparaît tel, et en plus les faits comme les conditions évoluent à une vitesse étonnante.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 15:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Mais bon, il est toujours plus rassurant de penser que tout ce qui se passe a été écrit une fois pour toutes, et que le temps ne fait que le révéler, que de penser qu'il se développe et se modifie au fur et à mesure, avec certes des déterminations mais sans plan ni donc garantie sur "ce qu'on aurait du toujours être". Là je pense que les hypothèses prennent toutes sinon leur source, du moins leur appui, dans des présupposés d'ordre très général, essentiels ou existentiels. De toute façon nous ne pouvons guère nous passer de ces présupposés, c'est nécessaire à la pensée ; juste garder à l'esprit que ce sont partie des connaissance,s partie des représentations, partie des croyances. Nous avançons en crabe; sur plusieurs pattes.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 16:09 
Hors ligne

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 178
@Cheyenne,

"Ce à quoi tu t'emploies ici avec force de présomption. cf. Ta définition de la dysphorie de genre dans un autre topic et la façon de l'éradiquer d'un diagnostic.
Tes assertions sont aussi ridicules et arriérées que l'esprit de ceux qui les ont formulées. Le domaine de la psychiatrie échappe de très loin à l'empirisme et au rationalisme dont se revendique le monde médical"

Impressionnante tournure de phrase : mes assertions sont loin d'être ridicules. Ce que je dis est que si l'on déterre dans le génome humain ce qui fait de nous ce que nous sommes, cela pourrait être la meilleure chose ou la pire... Au passage, le génome humain a été entièrement décrypté belle lurette et tu penses sérieusement que les études génomiques à ce sujet n'existent pas?

Pour terminer, tu mets dans la même phrase empirisme et rationalisme qui sont antinomiques : le premier se basant sur l'expérience sans preuves, le second sur l'existence de preuves par l'expérimentation... Donc au final la psychiatrie relève de quel domaine pour toi : empirique ou rationnel?....

@Pluplume,

Tu me parles de cohortes médicales certes mais elles sont quasi-exclusivement réservées au domaine chirurgical.

Sur un plan strictement biologique, il y a très peu de publications officielles mais cela ne veut pas dire que les recherches dans le domaine n'existent pas. Et ce genre de recherches est classé à haut risque rien que justement par toutes les personnes réfutant les théories biologiques afin de ne pas être réduites juste à un ensemble de gènes dont au final on est bien prisonniers...

Par exemple, personne n'a étudié officiellement sur les mêmes cohortes que tu cites le niveau pré-thérapeutique des hormones féminines...

Donc au final les scientifiques qui seraient susceptibles d'avoir les réponses réelles ne vont jamais les sortir au public de peur de se faire lyncher mais les réponses existent...

Si génétiquement tu as une prédisposition à l'Alzheimer, tu feras l'Alzheimer tôt ou tard. De même pour les prédispositions aux cancers etc... On sait même pourquoi on peut être sensible ou réfractaire à des maladies infectieuses (style VIH avec mutation du corécepteur du CD4 par exemple pour donner un exemple marquant)...

Donc oser dire que cela n'est qu'une vision de l'esprit relève du non sens médical... Malheureusement les maladies que nous allons développer sont déjà écrites dans notre patrimoine génétique : certaines n'ont besoin d'aucun facteur extérieur et d'autres si...

Mais il est clair qu'il est plus réconfortant de se donner l'illusion que l'on maîtrise tout dans son existence plutôt que d'admettre avec humilité qu'au fond notre génome fait ce que nous sommes (avec une part de l'acquis certes mais qui vient simplement se combiner et non se substituer à notre base génomique)

Comme je te l'ai déjà dit, sors moi une seule explication socio-machin chose pour le fait que ma trans-identité se soit révélée à mes 6 ans alors que je me moquais totalement du socio machin chose et que j'ai pris la direction opposée de tout ce que je voyais (mes cousines qui étaient traitées comme des moins que rien) donc NON je ne me suis pas réveillée à mes 6 ans en me disant :"ah tiens aujourd'hui je veux devenir une fille"... Cela signifie que cela était en moi bien avant mais question : d'où ça vient??? de la société? (même si j'étais intelligente, le reste du monde ne m'intéressait pas du tout à mes 6 ans...) ou de quelques gènes latents qui à l'occasion d'une fête et avec l'alchimie cérébrale se sont allumés pour déclencher tout ce qui a suivi?...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 16:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Alors là, rania, tes affirmations sur un supposé complot du silence me font un peu rigoler, et ne correspondent en rien d'ailleurs à ce qui revient depuis des années aux assoces (que tu ignores tant) qui travaillent avec les médic's. Le coup de la "vérité cachée", c'est du niveau presse people. Et encore une fois les arguments d'autorité et d'évidence ne jouent en rien ici. la seule évidence est d'ordre phénoménal : il y a désormais plein de trans', dans une majorité de pays et de cultures. Mais quant à déterminer ce qui joue dans et sur la sexuation, encore une fois, causer "d'évidence" n'a pas guère de sens ici.

Tu admets toi me^me que tu mets à l'origine une approche générale des choses, comme moi d'ailleurs. mais par conséquent tu dois bien alors admettre aussi qu'il s'agit de thèses, ordonnées, et pas de vérités révélées a priori. Qui, a fortiori, ne peuvent pas jouer sur un mode négatif. Le "on nous cache que" n'a aucune valeur en logique, puisqu'on peut bien alors supposer tout ce qu'on veut à la place de ce non-être par définition. Je trouve que tu t'emberlificotes dans tes propres arguments, en mélangeant des assertions d'ordre différent, juste parce que tu ne veux pas reconnaître que ton approche est une approche.

En tout cas, encore une fois, tu n'a rien apporté de positif à l'appui de ta thèse, dont je ne pensais pas, j'avoue, qu'elle se basait juste sur un soupçon. Mais encore une fois, on ne peut rien tirer de positif d'une pétition de principe, surtout négative.

Et heu, excuse moi sur un point que je connais un peu, ayant travaillé avec encore une fois ces affreuses asso qui parait-il n'ont jamais rien fait de bien, mais le terme comme la pratique de la cohorte s'exercent en épidémiologie, et y compris en psychiatrie !

Quand même, j'en reviens pas que tu dises des trucs pareils : le coup des "recherches qu'on ne ferait pas (ce qui déjà dans les faits est faux) pasque les conséquences seraient je sais pas quoi", excuse moi là encore mais réfléchis quand même à ce que tu racontes, c'est assez grossier et de plus, encore une fois, ce genre d'affirmation par définition invérifiable nous propulse direct dans la mythologie, fut elle contemporaine.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 16:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Enfin j'avoue que "les trans' comme le secret atomique de l'époque", on ne me l'avait je crois bien jamais fait. En général, il faut dire que ce genre de mythe s'attache plutôt aux formes et aux figures de la puissance ; or, les trans' et notamment les transses se situent complètement à l'opposé de ces images. Ba, après tout, je connais une foultitude de gentes qui ont besoin de ce genre de schéma, dans bien des secteurs, pour vivre. Mais après je trouve que c'est le genre de schéma qui devient facilement dangereux dans les conséquences que l'on peut en tirer.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 16:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Quant aux prédispositions d'ordre biologique (dont apparemment on ne sait pas vraiment bien comment elles marchent, il semble qu'on ait moins de certitudes qu'il y a vingt ans en génétique, suite à maints échecs de bidouillages et de prévisions), d'une part elles se croisent avec énormément de données d'ordre évènementiel. Mais d'autre part je tiens l'option (mais là nous ne sommes pas d'accord sur des points de base et c'est comme ça, aucune ne convaincra l'autre) qu'on ne peut pas comparer des pathologies avec la sexuation, qui implique une convergence très complexe de choses, notamment dans son expression (je ne parle pas ici de l'expression biologique, elle même du coup modifiée par les traitements, la chir', etc.). Je veux dire, supposer ici une toute puissance d'une préprogrammation, qui chose amusante ne pouvait pas s'exprimer tellement sans les progrès de la médecine (on peu aussi avoir une vision totaliste de l'évolution humaine, c'est clair) - hé bien c'est une supposition, voilà. Et qui je trouve ne tient que très tirée par les cheveux. Mais après tout qui sait ? Disons que comme les choses se passent, ça ne me paraît pas vraiment relever de cet ordre.

Non, je trouve que tu fais litière bien rapidement de l'expérience accumulée en la matière, que tu préfères nier plutôt que d'admettre qu'elle ne permet pas de trancher nettement en faveur de ce que tu voudrais que soient les choses. Que dire ? Côté esprit scientifique, je dirais que c'est moyen, mais je sais bien que l'histoire des sciences regorge d'attitudes de ce genre, (qui même des fois par obstination ont ouvert des voies, pas toujours celles d'ailleurs qu'elles souhaitaient). Tu me fais un peu penser à Lyssenko (qui d'ailleurs n'a pas dit que des bêtises ; juste il s'est obstiné et a même fait envoyer ses contradicteurs au goulag..)

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 16:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
D'ailleurs, que les choses soient claires : je ne suis ni une subjectiviste, ni une volontariste, bien au contraire. Je suis assez déterministe socialement (en essayant d'éviter de glisser dans l'essentialisme genre lénine/lutte des classes, vu la cata que ç'a été). Bref, comme le vieux barbu, je part du principe (oui, un principe, donc je sais qu'il est d'ordre affirmatif général et peut-être faux) que nous réalisons consciemment et volontairement des choses dont nous ne percevons et contrôlons pas les tenants. Bref, même si je pose par exemple à un moment un choix, même délibéré, je suppose que ce choix est la résultante de tout un fonctionnement social et peut-être, qui sait, oui, physique, dont je suis sujette parmi x autres. Tu vois donc que finalement j'ai un schéma qui n'est pas si éloigné du tien, mais qui va chercher ses éléments dans d'autres secteurs.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Mais par contre, alors là avec les dents, je suis résolument opposé, autant que je ne crois pas à leur véracité, aux théories du complot (précisément parce que je suis anti-subjectiviste !!). Et je tiens que démontrer quelque chose par son absence ne tient pas debout (en logique aristotélicienne).

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:03 
Hors ligne

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 178
@Pluplume,

Les cohortes n'existent pas dans le domaine biologique ni dans le domaine thérapeutique (quand je dis cohorte je parle de quelque chose de statistiquement significatif, pas une cohorte de 10 patients)

je ne te parle pas de la conspiration du silence mais honnêtement quel scientifique intelligent oserait sortir la moindre publication scientifique sur le sujet sans avoir toutes les associations LGBT sur le dos? AUCUN pour la simple raison que tout chercheur a peur pour sa carrière

Mais un petit contre-exemple parfait et personnel des non-dits dans le domaine scientifique et médical : à une époque (12 ans si mes souvenirs sont exacts) j'étais suivie par un pédiatre hospitalier pour des soucis métaboliques et du fait de ma petite taille, il voulait me mettre sous hormone de croissance à une époque où celle-ci était extraite de cadavres humains dans des conditions douteuses. Mon père s'y est opposé formellement lors d'une consultation mémorable où le pédiatre lui a dit : "je suis médecin et je suis le seul à savoir ce qui est bon pour votre fils" et mon père lui a rétorqué : "je suis son papa mais avant tout un scientifique et je suis au courant de bien plus de choses que vous"... Finalement grâce à mon père, je n'ai jamais été mise sous hormone de croissance. Cela a été une source de conflit majeur entre mon père et ma génitrice d'ailleurs, conflit dont je me suis sentie responsable puisque j'en étais le centre

Plus tard mon père m'a dit simplement qu'il était dans de nombreuses commissions scientifiques où l'on était au courant de tout l'underground scientifique et m'a gentiment expliqué que l'hormone de croissance extraite de cette façon était dangereuse sans m'en dire plus comme à son accoutumée. Bien des années plus tard après la disparition de mon père, j'ai compris son attitude violente envers le pédiatre, une fois que le scandale de l'hormone de croissance contaminée est sorti au grand public.

Alors pour avoir eu un père scientifique de haut vol, je sais maintenant que les publications ne font état qu'en réalité d'une infime partie des recherches et qu'il existe bien des recherches qui ne passeront jamais ou très tardivement dans le domaine public. C'est dans la même veine que lui et certains de ses collègues (médecins et scientifiques) s'intéressaient à la trans-identité bien en avance sur leur temps et pas simplement sous un aspect contemplatif (je me souviens d'une femme médecin et amie de mon père qui me voyait souvent sur l'aspect traitement par les phyto-estrogènes : bon à l'époque je m'en moquais totalement tant que l'on arrivait à réduire mes caractères masculins secondaires mais avec le recul je comprends que mon père a été bien plus qu'un simple père à mon égard et a intégré une transition par phyto-estrogènes à une époque où même le monde médical connaissait peu la trans-identité). Pour info, mon père travaillait sur la féminisation de vers marins suite à des micro-greffes qu'il faisait...

Ce que tu connais des associations est une chose. Ce que les gens croient voir ou savoir est une chose au travers des connaissances qui filtrent dans le domaine public (comme à l'accoutumée, les gens veulent du spectaculaire et qu'on leur annonce une découverte majeure alors même que la véritable avancée scientifique se fait par petits à-coups successifs imperceptibles pour un regard non initié). Mais ma propre expérience personnelle m'a permis de comprendre qu'il y a des non-dits même dans les domaines scientifique ou médical

Après libre à toi de me croire ou pas (cela m'est totalement égal au fond) mais je sais parfaitement ce que j'ai vécu et avec le recul je comprends un grand nombre de décisions médicales que mon père a prises pour moi

Merci de me comparer à Lyssenko (trop sympa de ta part) mais sauf que tu es loin de connaître la masse de connaissances médicales et scientifiques que j'ai acquise avec mon père sur la trans-identité

Au passage tu as beau faire des pirouettes linguistiques mais tu ne réponds pas toujours à ma question : comment une enfant MtF se sent fille à 6 ans?????? selon quel déterminisme? juste par envie mimétique? juste par jeu? je serai curieuse que tu me donnes UNE réponse valable dans mon cas et après je reconnaîtrai que ton hypothèse socio machin chose peut rentrer dans la catégorie des hypothèses à débattre.

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:28 
Hors ligne

Inscription: 23 Nov 2009 20:20
Messages: 2050
Pluplume a écrit:
Tiens Cheyenne, bougrement longtemps qu'on n'avait plus de nouvelles de toi !

De bref passage...
rania-m a écrit:
Impressionnante tournure de phrase : mes assertions sont loin d'être ridicules. Ce que je dis est que si l'on déterre dans le génome humain ce qui fait de nous ce que nous sommes, cela pourrait être la meilleure chose ou la pire... Au passage, le génome humain a été entièrement décrypté belle lurette et tu penses sérieusement que les études génomiques à ce sujet n'existent pas?

Le génome humain entièrement décrypté ?
Son séquençage peut-être mais ça s’arrête là. Dans tous les cas il est loin de répondre à toutes les questions, que ce soit en terme de pathologie et encore moins en terme de psychopathologie, telles que tu aimes les énoncer.
La recherche a, certes, fait des progrès faramineux mais il sont loin d’être la panacée. On peut même les considérer comme nuls en ce qui concerne le sujet qui nous intéresse mais dont la "science" se défie.

Donc lier la transidentité au génome humain (ou animal) relève de la plus complète des extravagances que rien ne permet de justifier, sinon quelques élucubrations fantaisistes auxquelles quelques savantes ingénues comme toi aiment à se raccrocher.
rania-m a écrit:
Pour terminer, tu mets dans la même phrase empirisme et rationalisme qui sont antinomiques : le premier se basant sur l'expérience sans preuves, le second sur l'existence de preuves par l'expérimentation... Donc au final la psychiatrie relève de quel domaine pour toi : empirique ou rationnel?....

Le paradoxe entre empirisme et rationalisme dépeint justement l’inanité de la psychiatrie qui utilise indifféremment les deux voies antagonistes depuis son existence , et que ce soit dans une branche ou dans l’autre elle ne fait que classifier ce qu’elle ne comprend pas dans un grand livre (DSM) qui stigmatise les comportements qui dévient de sa normalité. Félicitations ! (c'est un gros raccourci, je l'admets.)

Pour finir, je n’ai rien contre toi, Rania. Tu sembles être une personne compétente dans ton domaine de prédilection que sont les hormones, bien que je n’ai aucun moyen de le vérifier.
Tes conseils semblent pour la plupart judicieux tant que tu ne sors pas de tes qualifications réelles.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:33 
Hors ligne

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 178
@Cheyenne,

"Pour finir, je n’ai rien contre toi, Rania. Tu sembles être une personne compétente dans ton domaine de prédilection que sont les hormones, bien que je n’ai aucun moyen de le vérifier.
Tes conseils semblent pour la plupart judicieux tant que tu ne sors pas de tes qualifications réelles."

Waouh! je suis stupéfaite : es tu dans le domaine médical ou scientifique pour juger de mes connaissances?

Tu n'as aucun moyen de vérifier : non je ne vais pas te faire état de mes diplômes ni mes modules de maîtrise que j'ai fait en plus ni mon DEA etc... MAIS quelles sont tes qualifications pour juger si mes conseils sont judicieux ou pas?

Pour finir, je n'ai rien contre toi, Cheyenne, tant que tu ne sors pas de tes qualifications réelles (juste histoire de te paraphraser à peine...)

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Parce que tu crois que donner une réponse, paf, unique et universellement valable, crée une réalité ? Précisément, moi, je suggère des pistes, mais encore une fois je ne donne et encore moins n'impose de réponse, parce qu d'une part je ne la connais pas, d'autre part il n'est pas sûr et loin de là qu'il y ait une réponse ; enfin parce que les déterminations s'ajoutant sans cesse, une réponse n'est jamais éternellement valable ni dans la place qu'elle a pu potentiellement occuper à un moment. mais bon, voilà, nous avons des méthodologies profondément opposées, c'est tout. Et les méthodes influent sur les contenus. Juste tu crois que ta méthode est la seule, l'unique et l'absolue. Tu penses bien que je n'entreprendrai pas d'aller te convaincre d'autre chose. Mais encore une fois je trouve que te sarguments, en matière logique, ne tiennent pas. C'est juste de l'affirmation de principe, avec des éléments disparates et contestables.

Partir d'une ressenti pour en tirer un absolu pré social, dans un contexte de socialisation massive qu'est la sexuation, je ne trouve pas ça convaincant. A deux ans, et même avant, on sait très bien intuitivement où on se situe socialement ce que ça implique. Et ça ne va pas sans poser des questions. Je pense (et c'est mon cas) que pratiquement tout le mode s'est très tôt posé des questions par rapport à cette détermination aux conséquences ultra contraignantes ; et que les réponses sont assez diverses. Potentiellement se complexifient dans une société où plane de plus en plus l'exigence et les menaces qui en découlent. Bref, je pense que ces questions et ces divergences sont assez communes, de plus en plus même, et que nous les retrouvons régulièrement, jusques à en tirer des conséquences ou non - mais encore une fois je vois aussi, dans le faits, une vague massive ; je pourrais aussi te demander "pourquoi". Je ne doute pas de ce que tu me répondrais. Encore une fois, qui sait ? Mais je pense que c'est plus complexe que tu crois.

Désolée, mais encore une fois la notion de cohorte est utilisée en épidémiologie, j'ai travaillé suffisamment sur les implications sociales du VIH et avec des toubibs pour le savoir.

Et encore une fois tu dis faux, là on a droit à la "tyrannie des minorités", tu en as a encore d'autres dans le tiroir des vieilles lubies réactionnaires ? Les assoces qui travaillent depuis donc un grand nombre d'années avec les équipes ont eu x fois l'occasion de conférer avec sur ce qui ressortait généralement des constatations faites. Mais là encore, tu pars du principe, que tu tortilles dans tous les sens, pour arriver à ta conclusion. Et là, oui, je vais te dire durement que tu te ridiculises, parce que c'est zéro en méthode, faux factuellement (tu choisis de nier ce que tu ne connais pas) et tout à fait significatif de l'a priori complotiste. Tu crois quelque chose, et comme il ne t'es pas démontré tu considères qu'on te(et se) le cache. Wahou ! ben non, t'inquiètes que c'est la première chose dans laquelle les uns et les autres ont fourré leur nez, les dosages, les génomes, et il n'en ressort rien de significatif. Après, peut-être trouvera t'on une constante sur un autre endroit (on cherche aussi vers ce qui paraît le plus probable dans l'état des connaissances, c'est pas toujours là que ça se passe en définitive). Nan, pour toi transsité égale intersexuation, mais selon toute l'expé actuelle ce n'est pas vrai, et par ailleurs il y a là un a priori méthodologique particulièrement daté, comme d'ailleurs une partie de tes connaissances apparemment.

Enfin bon, visiblement tu as de toi une estime particulièrement haute, qui je pense ne te sera pas inutile pour la vie que tu n'as pas encore (trop) vécue. Faut bien avouer que d'avoir les chevilles très larges, et je parle ici sans ironie, ça peut être un sacré avantage ; j'en ai connu d'autres et franchement des fois, je me disais, dis donc, ça aide. Disons malheureusement que, pour une personne que je confesse très négative comme moi, et qui ai quand même un peu connu du monde dans ma vie, tes majuscules et tes références, bon, laissent un tantinet souriante. Grand bien t'en fasse, naturellement. Encore une fois ça aide à vivre - mais gaffe, alors, de ne pas un jour te tordre la cheville, moralement je parle, dans un nid de poule ; le danger de voleter trop haut ce sont les chutes. Moi j'ai choisi depuis bien longtemps la tactique limace. Bien sûr rien n'est sans risque, on peut se faire écraser.

Et pour finir, encore une fois, causer de l'évidence en pareilles matière relève tout bonnement de l'antiphrase, et tu le sais très bien. On utilise précisément ce terme ronflant parce qu'on sait que ce n'est pas évident, du tout, et qu'on voudrait couper court à l'examen.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 17:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Et quand je dis "donner", au début, c'est même pas ça, tu colles une réponse, a priori, sur un phénomène que du coup tu détermines et limites par cette méthode même. Ca, excuse moi, mais c'est quasiment de la scolastique. On recule de quelques siècles. Mais j'ai bien compris que ton affaire, comme celle de quelques autres, c'est aussi d'empailler les transsités, qu'elles n'aient aucun devenir, bouh horreur. Bref d'arriver au même point de vue que Cordier and co, avec évidemment l'espoir de ce que je n'ai pas trop de mal, vu comme tu le martèles, à identifier comme un désir de pouvoir sur te s contemporaines. Tiens, j'avais bien dit, à une collègue, il y a quelques mois, qu'on ne se réjouirait peut-être pas quand on aurait des toubibes (et autres élites subalternes) transses, parce que ce seraient d'abord des mégalomanes. C'est arrivé à bien d'autres minorités dans l'histoire, de manières à la fois risibles et terribles (parce que bien sûr, le vrai pouvoir vous échappera toujours, vous serez toujours d'abord subalternes).

Bah, en fait je suis optimiste, je pense que vous allez rester des blocs erratiques bien arrière du devebir social que nous portons, à vous agiter désespérement pour essayer d'éviter qu'on vous outrepasse. Mais c'est perdu d'avance. Le risque que vous prenez est finalement de vous retrouver bien seules, et avec pour unique compagnie des référents cis' qui de toute façon vous mépriseront. Tu fais partie de ces gentes à la place desquelles je n'aimerais pas être, pour mon propre confort. C'est un calcul raté d'avance.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 18:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Tiens, pareil pour la génomique - tu part du principe, légèrement paranoique, qu'on "aurait découvert quelque chose mais qu'on le cacherait", plutôt que de te dire qu'on n'a plus probablement rien découvert du tout.

Le plus drôle est que ça irait à contre courant de la logique actuelle, qui est celle de produire le plus de valeur tant qu'on le peut encore, et où le domaine médical et pharmaceutique est une des derniers fleurons de l'économie, dans les pays riches. On y passe donc son temps à "découvrir", bien souvent sans avoir quoi faire de ce qu'on a découvert, toutes les prédeterminations possibles et imaginables pour avoir une chance de créer une thérapie qui se vendra très cher. Alors tu pense bien que si on avait découvert le gêne ou le dosage spécifique trans' (et en plus dans le deux sens, attention !), on en serait déjà à faire comme pour ce fake absolu appelé autisme, qui est très visiblement un ensemble artificiellement créé de déréglementents neuro-comportementaux dus à l'effondrement social : des dépistages, des ci, des ça, des prises en charges, dans le seul but de créer de la valeur monétaire à partir de ça. Inventer des maladies, c'est le top économiquement.

Bien sûr ça se heurte aux questions budgétaires, comme on dit, mais déjà la pharmacie industrielle table sur les plus riches pour continuer, sait très bien que pour les pauvres ce sera zébi.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 31 Juil 2017 18:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Nan, franchement, abstraction faite du pourquoi comment qui reste pendant, baser une pensée sur un principe du genre "s'il n'y a rien c'est forcément qu'il y a quelque chose", c'est parano et je dirais shadokien. Tout ça par peur du vide, je le pressens...

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com