Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 21 Juil 2018 07:03

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
Message non luPosté: 05 Juin 2017 11:30 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 66717.html

Ce n'est pas la seule ni la première collègue à se présenter à des élections en hexagonie, loin de là, et il faut bien dire aussi que les partis ne nous alignent que quand ils savent bien n'avoir aucune chance de gagner, bref aucun enjeu sérieux autre que l'image "d'ouverture" - ce qui est d'ailleurs aussi, à un moindre degré, le cas des nanas cisses : le PS, sachant depuis longtemps qu'il allait à une déroute, s'est payé le "luxe" peu coûteux, vu aussi que se barons laissent tomber, de jouer la carte paritaire... En aurait-il été ainsi si il avait concouru pour une majorité de gouvernement, j'en doute...

Pour revenir à cet article, bon, il met en oeuvre tout l'attirail exotisant habituel : le rappel du prénom masculin, le pathétique un tantinet patho, toussa toussa ; faire pleurer dans les chaumières ; cela dit, il nous avertit, ce que je ne savait pas, que le prénom d'usage, avant changement de cec, est recevable pour se présenter aux élections.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 16:38 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Mouais. Pas convaincu du tout . Je le serai le jour ou une femme sera élu et que longtemps après on apprendra au elle est Trans . Les truc sur la pub minorités. Ect ect . L ancien prénom. La transition suis pas convaincu. C est comme les partis qui colle des candidats ou suppléant issue des minorités pour acheter un électorat. Ca confirme ma position pour vivre heureuse vivons cachée . C est pour cela que l état doit faire le max pour le droit a l oubli si la personne le demande. Sincèrement j ai pas envie qu on viennent me faire chier avec le passé au nom de la visibilité. Nous devrions avoir la possibilité de réclamer l invisibilité total.et une remise a zéro des compteurs


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 16:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Mais encore une fois, encore faut-il que cette "invisibilité" existe, de fait ; or, désolée mais dans la plupart des cas, même avec indulgence et bienveillance, elle n'existe pas, au regard des normes physiques. Faut arrêter de se la raconter et de se voir comme on veut dans nos miroirs idéaux. A commencer bien souvent par celles qui croient être invisibles et sont les seules à le croire. Statut, papiers, traces et tout, la plupart de nozigues sont aussi "invisibles" qu'une personne non-blanche, point (même si je suis gênée de m'approprier ce parallèle). On ne peut pas réclamer ce qui n'existe pas dans les faits (au mieux on peut réclamer que les gentes fassent semblant). Nous ne sommes pas des ftm's, encore une fois il faut aussi arrêter avec la "mixité trans'" ; nos situations sociales sont au moins aussi séparées que celles des h et des f cis'.

Bref, sans doute aussi peu "convaincue " que toi par la performance ; mais pour des raisons tout à fait divergentes.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 17:05 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Bref et encore une fois, mon point de vue (qui est un point de vue et dont ça m'irait aussi tout à fait qu'il se révèle faux et pessimiste à terme), c'est que nous ne serons pas reconnues ni intégrées comme nanas "légitimes", en tous cas dans les sociétés telles qu'elles sont et ont l'air de vouloir continuer à être, quand ce n'est pas régresser. Que c'est comme ça, fait social, que nos lamentations et couinements divers n'y changeront rien, si ce n'est de nous empêcher de nous reconnaître nous-mêmes. Re bref que nous n'avons à mon avis rien de mieux à faire que de nous reconnaître pour ce que nous sommes, un groupe social nouveau, et à en tirer les conséquences (ce qui ne nous empêchera pas de vivre dans le monde, bien au contraire je crois, ça nous y aidera, de cesser de nous raconter des histoires à ce sujet que nous sommes les seules, avec quelques cisses "bienveillantes", à croire plus ou moins). Dans les années 90 les "queer" anglophones disaient aux "straight" "il faudra vous y faire". Ce qui m'épate, comme je l'écrivais il y a quelques jours en conclusion d'un article sur la prétendue mixité transunitaire avec les ftm et les cis "non-binaires" (il semble que depuis quelques semaines ont soit passé à "non dyadique", ce qui avance peu les choses...), ce qui m'épate donc chez nous, c'est qu'apparemment nous n'arrivons pas à nous faire nous mêmes à notre propre existence, à ses spécificités, à sa position sociale, que ça nous épouvante et nous dégoûte, que nous aimerions bien exister sans exister, sans les conséquences... Mais ça, ça marche pas. Il faut nous faire nous mêmes, priorité !

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 17:07 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Nous faire A nous-mêmes, rah la dyslexie du clavier !...

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 19:56 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Certes pour certaines il y a la visibilité extérieur le fameux passing qui coince. Mais en contrepartie il y en a de plus en plus qui avec la chirurgies qui se démocratise et réussie de mieux en mieux et un comportement adapté a leurs genre sont invisible. Avec des papier conforme et une vie qui les rend comme des femmes lambda. Alors oui il y a des trans qui joue la résistance qui voudrait fabriquer une communauté et qui prône l impossibles intégration dans un monde binaire. Certes c est une question de moyens financiers tout ne pouvant être pris en charge question op . Mais si il y a de plus en plus de fille qui passe très bien et c est sur on les croise pas dans les asso ou chez les TPDG . Va faire un tour les mercredi matin a Lyon sud a l etage des psy tu aura quelques surprise sur certain passing . Elle ne font pas de bruit ne milite pas ne cherche pas a fabriqué une communauté. Elle viennent consulte et reparte a leurs boulot, leur maison ou leurs études je le vois avec une certaine surprise depuis quelques années. Il y a une distance entre pas mal de trans et les assis ou les groupe lgb . Je ne me l explique pas mais c est un fait.quand je parle avec elle je sais au elle sont trans uniquement car je sais que le mercredi c est les consultation psy grettis . Le militantisme a changer. Le passing change grace aux chir . Je suis plus a prédire la mort des assos du passé qui ne garderont que les vielles de la vielle activiste de la première heure.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 20:38 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Nathasha69,

Je suis d'accord avec toi. J'ai loin d'avoir l'âme d'une militante. Tout ce dont j'ai envie c'est juste avoir une vie tranquille et une fois que mon CEC sera fait, je ne demande pas mieux de me fondre encore plus dans la masse féminine car j'ai un passing naturellement correct on va dire.

Là où la situation est quelque peu complexe est que d'un côté, on revendique haut et fort l'appartenance à la minorité trans et de l'autre, on souhaite être considérée à tout point comme appartenant au genre féminin (sur le plan privé et professionnel, sur le plan état civil et sur le plan social avec la sécurité sociale)

A un moment donné, il faut savoir se positionner d'un côté ou de l'autre.

Sur le plan professionnel, je suis bien considérée comme une femme par mes collègues et au niveau de ma patientèle, les nouveaux patients ne connaissant pas mon passé, m'appellent bien Madame (ou Mlle! ce qui est plus "mignon") tandis que les anciens patients décident de ne donner aucune civilité ou donner une civilité féminine... Il y en a même certains qui ne me reconnaissent même pas et pensent que je suis une nouvelle femme médecin en exercice....

Sur le plan comportemental, j'ai été entraînée dans ma jeunesse à avoir un comportement féminin (oui ça s'apprend mais j'ai aussi eu un papa exceptionnel à cet égard...)

Dans ma situation, quel intérêt de clamer haut et fort : "je suis une femme trans"...? Moi personnellement je veux juste que l'on me considère comme une femme tout court et avec le temps j'arrive à me fondre dans la masse féminine mais ceci est MON choix, même si génétiquement j'ai une formule chromosomique masculine XY, que je décide de ne pas me faire opérer... car au fond avec mon passing, personne ne va connaître ni ma formule chromosomique XY, ni mon traitement hormonal (ce n'est pas marqué sur mon front), ni le contenu de mon entrejambe...

Après il est clair que le passing peut être amélioré par la chirurgie moyennant finances ou batailler avec la sécurité sociale... ce qui permet une meilleure invisibilité aux yeux du monde extérieur

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Juin 2017 23:45 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Mais de moins en moins de fille désirent revendiquer l appartenance a la minorités Trans et c est justement le problème de pas mal d activiste qui nous traite de lacheuse, nous n avons pas la reconnaissance du travail de nos ainée ect ect . Nous serions responsable de la mort du combat. Pour info il y a le même débat chez les LG qui accusent le coup du manque d implication de la communauté suite a la loi mariage car pour beaucoup le combat est fini et il ne désirent pas devenir une minorités mais être invisible. Alors oui beaucoup de trans vont profiter de la loi pour les papier auront recours a la chirurgies et vont disparaitre. Alors oui il y aura des inégalités a cause des prise en charge sécu . A cause des inégalités financière devant la chirurgies. Mais les trans changent et ne veulent plus des modèles queer non binaire fluide ect ect . Beaucoup désire un genre féminin une vie de femme et se tamponne royalement des discours pro ceci pro cela .a titre perso je ne me sent pas en dette vis a vis des anciennes et les associations ne m on apporté que du bourrage de crâne anti grettis anti androcur anti binaire. Et c est pas ce que je cherchais. L aide je l ai eu dans un protocole. Avec un psy qui ma aider a reprendre confiance en moi a retrouver un boulot et a programmer de façon cohérente mes op pour ne pas sombrer dans les délires . Mon but être une femme pas un trans en perpétuelle transition accusant la société de ne pas m accepter. Je ne met pas tout mes échec sur le dos de la transphobie.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:00 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Comment on voudrait que les choses soient et la vie sociale réelle, ce sont deux choses (et quelquefois plus). Je sais très bien que le rêve de la plupart des nanas transses c'est d'être invisibles et de ce fait légitimes. Il y a bien d'autres rêves sociaux comme ça (le prince charmant, la fraternité universelle....) Après, la réalité c'est tout à fait autre chose, et en partie pour des raisons que nous ne pourrons pas réduire. Evidemment on peut aussi passer sa vie à essayer de ne pas le voir, à attribuer la violence sociale à des "dysfonctionnements" précis, toussa toussa. C'est si j'ose dire une hygiène de vie - mais elle est coûteuse. Et il faut quelquefois mobiliser beaucoup d'imagination. C'est pour ça que nous sommes aussi un certain nombre à avoir conclu de faire face.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:22 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Et il ne faut pas non plus se faire trop d'illusions sur les aboutissants des dynamiques de reconnaissance physique-sociale ; qu'on nous parle au féminin, par exemple, notamment dans un cadre commercial, n'implique absolument pas qu'on ne nous a pas repérées, c'est juste qu'on essaie de vendre. Il y a aussi le fait que nous sommes pour beaucoup dans une zone de passing où il faut un peu d'interaction pour se rendre compte que "quelque chose cloche" - et en temps normal, du coup, vis à vis de la plupart des gentes, se met en place un fonctionnement de normalisation limitée (mais il ne faut pas lui demander plus, là ça craque). La question du rapport d'autorité est encore autre. Mais elle ne résout pas tout. la plupart des mises au placard que j'ai pu connaître et suivre dans des positions on va dire sensibles se sont faites très progressivement, de manière insidieuse et surtout pas franco, ce qui amène des ennuis judiciaires possibles à la structure qui se débarrasse de la transse (encore que comme dit une collègue, les condamnations ne font guère peur à des structures qui ont du fric). On va bien voir, justement, si ça évolue et comment. Mais actuellement le risque reste.

Enfin il ne faut pas se faire d'illusions non plus : le passing social effectif n'est pas fonction mathématique des rabotages et autres artifices chirurgicaux. Suffit de voir la trombine d'une Laverne Cox... Fréquemment, plus on en rajoute, plus on se tape une tête de martienne (ce qui est d'ailleurs le cas de quelques vedettes cisses aussi). Pour la discrétion c'est moyen.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Ce dernier point vient aussi de quelque chose de général dans le rapport social de sexe : la "femme idéale" est une espèce de monstre à ventre feuille A4 et pommettes ultrasaillantes (entre autres) qui n'est que le produit de fantasmes masculins, intériorisés à hétérolande par les nanas (je schématise ; le rapport social de sexe est évidemment une "totalité"). Et les transses n'échappent évidemment pas à cette imagerie. Alors quand on rajoute ça à quelques caractères irréductibles genre l'ossature générale, comme on dit ça jure. Il serait amusant d'imaginer une chirurgie esthétique "réaliste", qui ne chercherait pas à donner ces résultats effarants.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:34 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Mais effectivement, sortons de mon pessimisme de principe, tant mieux si ça passe, et si l'acceptation croît. Comme je dis souvent le passing est un rapport social, et une acceptation plus étendue le renforce par elle-même. Juste je crois que cette acceptation ne vient pas par une "invisibilité" de type physique, dont l'effectivité me semble souvent contestable, tant que par une in-différence croissante.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:47 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Ah les fameuses caractéristiques féminines issue des phantasme masculin. Cela me rappel étrangement le discours haineux a mon propos des féministe L de chez Aris et des Tpg, j était un stéréotypes féminin issue des fantasme délirant des hommes. L image de la femme du passé. Le model de femme qu on dois faire disparaître. Xptdr . Alors oui si la femme moderne c est jeans tee shirt coupe de cheveux petard ou mode post 68 sarouel et fringue issue du commerce équitable non merci . Je préfère encore ce que je suis . Et pour les model cox jenner et compagnie faut pas confondre chirurgie et ça . Elle passe leurs temps a faire le yoyo avec le poid les injection et certainement de petit complètement festif c est la le moyen de gagner du fric l ambiguïtés est le fond de commerce de ses gens la . comme les actrice cis d ailleurs ce n est pas représentatif des trans bien au contraire ça c est barnum. Il y a moyens de travailler sa voix ses attitudes son look et bien sur le physique. Et oui c est possible c est énormément de boulot mais beaucoup réussisses.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 10:50 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Et - Natasch', à te relire je crois qu'il y a encore un malentendu. Je suis moi-même assez critique des approches "queer", "non-binaires", qui pour moi dissimulent (quelquefois mal) une misogynie structurelle, dans un monde qui se rassemble de plus en plus autour des formes sociales masculines comme "recours". Et je suis très tranchante sur la mise au placard des nanas transses dans ces milieux, qui est systématique, malgré leur discours attrayant. Là dessus, d'une certaine manière (et pour des raisons qui ne sont pas les mêmes), on est d'accord. C'est précisément ce que nous avons d'assigné féminin qui, dans un monde "neutre-masculin", jure de toute façon. Et qui concerne d'ailleurs aussi les nanas cisses ! Mais (pour répondre à ce que tu viens de poster), je diverge absolument sur ce que doit s'imposer la féminité (d'autant que ça la rend invivable, il faut toujours courir après quelque chose). Mais la question est effectivement plus profonde que ça, oui, le féminin est un négatif et ça donne des conséquences très complexes.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 11:13 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Nous somme dans une idéologie communautaire Lgb libertaires en total contradiction avec le courant Cis actuel qui tend a un retour a la norme. Les jeunes sont contestataire et retourne a la norme avec le temps. Le model féminin très stéréotypé revient en force, ce qui est en total décalage avec les mouvement féministes. Je ne l explique pas, je le constate c est tout . J ai moins de soucis étant dans l exagération féminine (selon mes détractrices) que des collègues qui surf sur l ambiguë ou l unisexes. A mon avis nous arrivons a la fin d une époque libertaire initié en 74 et c est le retour au passé. Je le vous dans les rapport d entreprise quand j échange avec d ancien collège qui savent. Nous en somme a des commentaires basique. Toi ca va ca passe . Ta tout fait et tu fais des efforts pour . C est fou que l acceptation soit liée a un parcours a un look a une façon d être .mais c est un fait, notre société change . J ai encore lu un papier ce matin de l inter sur l inquiétude sur la participation a la GP et sur le contrôle de certaines extravagances . On cherche a changer l image suite a un changement de perception en France.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 11:34 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Hé hé, d'ailleurs, pour en revenir à ce que je disais au début de ce post :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/art ... 55770.html

La tarte à la crème !

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Juin 2017 13:13 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
oui c est de la parité bidon ! comme les promotion admin on te colle ou personne ne veut être ou dans un service fantôme !


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 08:15 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Sep 2016 16:36
Messages: 113
C'est un éternel débat : créer un troisième sexe ou non.
Pour ma part je suis plus dans l'optique de Nath.
Je veux vivre en tant que femme et non créer un groupe Trans. C'est pour cela d'ailleurs que je ne fréquente pas d'assoc.
J'y ai été et les personnes étaient dans la première optique.

Mais je sais qu'en vérité je vivrai en tant que trans pour mes amis, ma famille, mes collègues (en tout cas avant une mutation) et même ma femme (enfin copine pour le moment) et j’espère en tant que femme dans la rue, avec de nouveau collègue etc.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:12 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
A ben il ne s'agit pas de "troisième sexe". Ce qui n'a d'ailleurs à mon avis aucun sens, la notion sociale de sexe (comme de genre) étant binaire en elle-même (et avec le masculin comme référence). Si nous parvenions à sortir de ça, il n'y aurait plus de sexe, il y aurait autre chose. Pour ça aussi que je suis fort sceptique envers les camarades qui pensent à l'existence d'un nombre indéfini de genres : en fin de compte les éléments mobilisés sont extrêmement classiques, assignés et m/f.

Mais toute notion duelle sociale a pour entre autres buts celui de hiérarchiser et de légitimer/délégitimer. Et cela crée des groupes sociaux à l'intérieur, selon d'ailleurs plusieurs échelles de valeur. Dire que toutes les femmes sont juste des femmes et égales, quand on compare le sort réservé aux nanas d'afrique centrale, cibles d'une extermination de masse en ce moment même, exemple entre cent, et la relative prospérité d'une nana de classe moyenne sup' dans un pays riche, rien que ça, bon... Et pareil en ce qui concerne notre affaire ; nous "serons" des femmes tant que nous voudrons ; mais ce qui compte socialement pour nous, à moins de devenir une norme majoritaire, c'est ce que les autres, nanas ou mecs, voudront. Et là ce n'est pas la même chanson. On peut être optimiste se dire que ça va passer (aux deux sens du terme !). Sauf que dans la vie réelle de la plupart des transses de ce pays, je n'irai pas chercher plus loin mais ailleurs ça ne va pas très différemment, ben non, ça ne "passe" pas. Ou très conditionnellement, à avec un bon éclairage et en faisant attention (ce qui d'ailleurs, je le rappelle, est aussi à un autre niveau la condition des nanas cisses, qui ne peuvent pas tout se permettre sans danger, même dans un pays comme le nôtre ; il suffit de lire la presse pour apprendre que presque tous les jours une nana est tuée par un "familier"). Bref nous sommes un groupe social, nouveau, de femmes marquées d'une illégitimité foncière et fréquemment visible (même dans des conditions "apaisées" où la plupart ne réagit pas ou poliment à ce visible). Pour ça que je prends, avec précaution, la comparaison avec les nanas noires, elles mêmes frappées d'une illégitimité minorisante historique ; je ne cause évidemment pas des collègues transses noires.
Bref, rien à voir avec un "troisième sexe" (et je me demande bien où tu as trouvé une assoce trans' qui utilise ce terme, aucune assoce trans' un tantinet sortable n'use de ce genre de catégorie qui renvoie à des fantasmes des années 50). Nous reconnaître, factuellement je dirais, comme un groupe social (parmi x autres) porteur de certaines spécificités, fut-ce dans le cadre du rapport social de sexe, n'a rien à voir avec ça. Je ne cause pas ici de la question "non-binaire", notion envers laquelle je suis assez critique, mais que les camarades qui s'en réclament ne définissent absolument pas comme un sexe de plus (éventuellement comme un énième variation de genre).
Et surtout, la question, pour y revenir, n'est pas comment nous voyons les choses (encore que, si, ce que nous devenons vient bien sûr d'une certaine perception de nous-mêmes) ; mais de comment nous sommes vues et socialement traitées. Si tout va bien tant mieux, effectivement, alors nous faisons partie intégrante et non spécifique de l'assigné féminin ; sauf que dans la réalité, semble-t'il, c'est pas comme ça que ça se passe. Et je cause socialement, dans la vie, pas statut légal ou politique qui est encore autre chose, et découle je pense de comment ça se passe justement quotidiennement. Nous ne sommes pas forcément maltraitées. Mais nous sommes perçues, parce que l'invisibilité totale, physique notamment, est et reste un rêve (ou pas) pour une grande partie d'entre nous, comme "autres" - et autre, en fait, dans un monde duel, c'est toujours "moins", "inférieur", "illégitime" quoi... La question c'est dans "comment ça se passe"?. C'est la seule base de réalité sociale, et pas les idées ou comment on aurait envie de ressentir les choses.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:21 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Et il faut bien dire aussi, un peu crûment je sais, qu'il y a pour à peu près toutes un gap qui peut être assez important entre comment on s'imagine qu'on sera plus tard en commençant sa transition, et comment on est réellement dix, quinze ou vingt ans plus tard. L'iconopgraphie genre Laverne Cox (d'ailleurs je trouve très transmarquée), c'est pour très peu, qui avaient au départ un physique relativement passe partout et par ailleurs les moyens de multiples retouches, qui elles-mêmes ne donnent pas toujours le résultat escompté. En gros, il y a une base "réelle" à notre visibilité sociale, je sais que c'est un tabou à translande, mais c'est une dénégation d'autant plus ridicule quand j'entends des collègues visibles à disons quelques mètres qui se rengorgent sur "l'outing" - comme si on était pas out sur pattes. Je ne parle pas des mecs trans' qui m'énervent profondément quand ils se mêlent de pontifier là dessus, eux qui sont effectivement pratiquement invisibles et dotés d'une apparence socialement neutre-valorisée.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Sep 2016 16:36
Messages: 113
Peut être n'aurais je pas dû dire 3e sexe mais en gros, nous serions une sorte de communauté.
Je pense comme Nath, j'ai vu des transses qui passe très bien. je n'avais pas vu du tout sans exagéré. Pour moi tu généralises ton cas et celui de tes amies. Un passing réalisé assez jeune se passe plutôt bien mais c'est sûre qu'après quelques années de trop, les "dégâts" sont irréversible. Je parle du corps de l'homme.
Et les gens qui réclament une sorte de communauté sont des personnes qui n'ont pas eu de bon passing.
Les personnes qui ont un passing correct voire très bon, veulent justes vivre une vie "normale" de femme qu'elles sont devenues.

Je met un peu tout le monde dans le même panier et je m'en excuse mais ces discours de "nous serons toujours visible, ne vous voilez pas la face" me soule à la longue.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:46 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
De mon côté je parle de la France ou de l Europe par extension. Je ne compare pas avec la condition de la femme dans certains pays je reste en France . Les associations on perdu énormément en crédibilité avec les position anti tout . L existrans c est devenu la mini manif qui ne représente plus du tout les trans. Les trans ne sont plus dans les associations et ne sont pas seule pour autant il y a un maillage dans les protocole qui crée de l entraide . Les filles se connaissent échange parle et ce qui en ressort c est justement le désir d invisibilité et le rejet des structures T . Il y aura toujours des visible c est vrai.il y aura toujours des activiste. Mais le courant général n est plus a l idéal communauté ou les trans lutterons ensemble


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:53 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
ben je vais te dire, je passe assez bien dans mon corps et apparence de vieille nana un peu boulotte, et en zone rurale. Mais assez bien, comme la plupart d'entre nous, peut-être un peu mieux mais c'est discutable. Tu penses bien que je cause de quelque chose que je connais un peu, c'est à dire de centaines de collègues, désormais majoritairement jeunes, que j'ai pu rencontrer depuis vingt ans. Et je dis simplement, dans la plupart des cas, le rêve "invisible" et la réalité ça fait deux (même si les personnes elles-mêmes ont quelquefois du mal à l'admettre, ce qui peut donner des résultats hélas cocasses). Et la cause est certes physique, mais comme je le dis souvent elle est également sociale : nous sommes dans une époque où, cisses et transses confondues, les exigences de conformité aux normes sexuées sont fortes, plus qu'il y a trente ans par exemple. Mais bon, je sais bien que là dessus la transmission, comme on dit, est difficile, parce qu'elle va à l'encontre du désir, et que c'est comme pour les opés ratées (nombreuses à une époque dont je me rappelle) : les nanas, après, se taisent, se referment sur elles-mêmes et vivotent, vivent ça comme un échec personnel, quelque chose qui serait de leur faute. Du coup, le silence sur l'état réel de notre vie sociale se perpétue. Et nous restons majoritairement isolées (dans les faits, autant que l'on arrive à le savoir, l'essentiel des nanas transses vivent solitaires, le rêve de couple hétéro (ou lesbien aussi), comme de vie sociale intégrée, leur étant inaccessible, et ce d'autant plus (mais là ça se mélange avec d'autres déterminations sociales) qu'elles sont peu riches, précaires, pas diplômées, sans "réseau", etc. Et ça, je vais être méchante mais à ma connaissance, même si des enquêtes précises restent à faire, surtout en france, ce sont des faits socialement constatés... En fait, le rêve, pour une nana transse, c'est de parvenir à ne plus être une nana transse ; sauf que comme pour toutes les concurrences sociales, seule une minorité peut réaliser ce rêve. Il ne reste plus qu'à espérer en faire partie. Sans quoi, encore une fois, c'est le syndrome (pensée libérale" de l'échec, qui serait imputé à sa propre incapacité. Le report classique du social sur le privé. Mais le privé est social.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 10:59 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Ba Natasch', je suis assez d'accord avec toi, assocelande, actuellement, ne rassemble et ne représente qu'une faible partie de nouzautes, pour diverses raisons. Mais déjà je trouve que le problème n'est pas de représenter ; je suis même clairement pour qu'on arrête de prétendre représenter, la question est plutôt de ce que nous arrivons ou arriverons à réaliser, fut-ce très minoritairement, et à penser. Mai par ailleurs, cela ne veut absolument pas dire que le fonctionnement social majoritaire, de son côté, intériorisé par les personnes, réalise ce qu'il prétend ; en somme il n'est pas plus "représentatif" si l'on prend en compte le taux d'échec à le réaliser (et là, dans toutes les catégories, de l'économie au sexe social en passant par, je sais pas, l'idéal familial). En fait ça se casse lentement la gueule, en éliminant de plus en plus de gentes qui s'en tirent plus ou moins bien (et incontestablement plus bien dans un pays comme le nôtre qui a accumulé beaucoup de richesses). Bref, quelque part, j'aurais envie de dire que, le gap entre l'idéologie et la réalité concerne tout autant la vie sociale moyenne rêvée que les programmes associatifs (lesquels d'ailleurs souvent se réfèrent quand même à une réussit supposée dans le premier).

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Juin 2017 11:08 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
En gros, pour reprendre ce que je disais dans l'avant dernier post, la "disparition des radars" de la plupart des nanas transses (et il faut voir que nous devons être dans ce pays actuellement entre soixante et cent mille, bref en gros une personne sur mille, nombre en augmentation constante) ne veut pas dire qu'elles se sont "intégrées", pour une partie importante, et comme pour d'autres minorités, elles sont isolées, tout à fait perçues par un voisinage qu'elles ne fréquentent pas, mais non perçues comme groupe. Hé - combien de temps a t'il fallu pour qu'on prenne conscience que les nanas cisses mères isolées formaient un groupe social énorme, avec des spécificités ? Des décennies. Et encore là il y avait le lien logique des mômes (école etc.). Pour les transses, qui dans bien des cas rompent avec leur socialité antérieure et ne peuvent pas vraiment en créer une autre, c'est encore bien plus difficile à percevoir.

C'est là tout le problème de la notion d'invisibilité, qui est utilisée de manière trop confuse notamment par les assoces. On y confond la dilution et l'isolement social, qui crée effectivement une invisibilité systémique, et le passing social individuel. Or ce sont deux notions différents (bien que liées par les faits).

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com