Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 21 Oct 2018 20:29

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
Message non luPosté: 30 Nov 2017 21:50 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Juil 2009 17:05
Messages: 486
Localisation: 75 et france
https://www.youtube.com/watch?v=O4Yvb8mmGzk


_________________
garcon de 40a bien dans ses baskets toujours zen ... le pire des risques c est de ne jamais en prendre.kiss


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 01 Déc 2017 16:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Rien de bien neuf... Mis à part que Faustine Bollaert chasse sur les terres d'Evelyne Thomas.

Je trouve dommage d'avoir invité une chirurgienne sur le plateau : Je ne vois pas le rapport avec l'Amour entre cis et trans.
On n'aurait pas invité de gynéco s'il avait été question de couples cis-cis :-D

De toutes façons globalement la relation de couple me semble accessoire, 80% du temps on parlait des parcours des trans (Questionnements, relation avec les parents, chirurgie, etc). C'est dommage ! Même si je comprend la nécessité d'informer le pékin moyen de ce qu'implique la transition, ça laisse peu de place au vrai sujet de l'émission.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 03 Déc 2017 06:09 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Juil 2009 17:05
Messages: 486
Localisation: 75 et france
moi je les ai trouvé mignon ces couples , bravo

_________________
garcon de 40a bien dans ses baskets toujours zen ... le pire des risques c est de ne jamais en prendre.kiss


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 04 Déc 2017 18:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Oui c'est vrai qu'ils sont mignons. J'ai trouvé quelques questions déplacées, ceci dit. Genre "Vous ne vous êtes pas interrogé sur votre orientation sexuelle en devenant intime avec une MtF ?"
Heureusement la réponse intelligente et franche du bonhomme concerné à remis l'émission sur de bons rails.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 04 Déc 2017 19:37 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Juil 2009 17:05
Messages: 486
Localisation: 75 et france
puis faut pas etre neuneu c est des emissions preparer a l avance .

_________________
garcon de 40a bien dans ses baskets toujours zen ... le pire des risques c est de ne jamais en prendre.kiss


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Déc 2017 16:26 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Pour ce que j'en sais, les journalistes ou les animateurs attendent une réponse particulière, mais ne te briefent pas à l'avance sur les questions, ni sur les réponses.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Déc 2017 08:30 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Juil 2009 17:05
Messages: 486
Localisation: 75 et france
je pense qu il y a du montage sinon ils feraient du direct et pour ma part j ai deja participé a des emissions tv il y a une selection du public sur invitation avec un placement selon leur critères .

_________________
garcon de 40a bien dans ses baskets toujours zen ... le pire des risques c est de ne jamais en prendre.kiss


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 10:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2010 18:24
Messages: 67
Localisation: Reunion
L amour....ç est merveilleux non ?
Enfin il me reste à le découvrir à nouveau

_________________
Le plus beau voyage est celui qu' on a pas encore fait... (Loïc perron) ....heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 13:07 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
En toute honnêteté, pour ma part je ne suis pas certaine de le trouver un jour.
Je suis peut-être trop exigeante ? En tous cas, quelqu'un qui tolère mes lubies, qui fait des câlins et qui n'a pas peur du contenu de ma culotte, j'ai pas trouvé.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 16:45 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2010 18:24
Messages: 67
Localisation: Reunion
L amour existe toujours !!!

_________________
Le plus beau voyage est celui qu' on a pas encore fait... (Loïc perron) ....heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 16:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2010 18:24
Messages: 67
Localisation: Reunion
Je ne comprends pas le passage sur le contenu de ta culotte tu n es pas satisfaite ? Tu es op non ?

_________________
Le plus beau voyage est celui qu' on a pas encore fait... (Loïc perron) ....heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 17:27 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Non je suis pas op. Comme je disais dans une réponse que je t'ai faite tout à l'heure, c'est quelque chose qui me fait plutôt peur. J'ai une amie qui est passée par la Thailande et depuis elle ne peut plus s'asseoir ni monter des escaliers (Et je ne parle même pas des conséquences pro et psy). En l'absence d'infos fiables sur les taux de réussite je reste dans l'expectative et ça risque de durer longtemps.

Même mon psy râle que je devrais bouger plus, pour la vagino :-D

Je veux bien me faire opérer, mais pas pour être dans un état pire qu'avant...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 10 Déc 2017 20:27 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 559
Elle est passée par quel chirurgien de la Thaïlande ?
I
l y a quelquechose de particulier qui peut expliquer cet accident ?
c
ar moi le peu que je sais les réassignées là-bas sont contentes

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi

https://ask.fm/
lEffrontee


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 11 Déc 2017 02:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Elle est passée par Suporn.
C'était la 2e opération, il y avait quelques retouches d'ordre esthétique à faire. Rien de bien grave. A l'issue de la première opé elle était largement satisfaite du résultat. Elle a juste voulu corriger des détails.
Elle s'est retrouvée avec des douleurs violentes suite à l'intervention, qui ne se sont pas calmées. En rappelant le chir, celui-ci lui a répondu que le problème était dû au fait qu'elle était trop maigre, que si elle grossissait elle n'aurait plus mal. Elle a insisté, plus de réponse. Elle s'est tournée vers des chir en France, qui l'on envoyée promener sur l'air de "je suis pas là pour faire la SAV de la Thaïlande".

Je crois que globalement seules les nanas pour qui ça s'est bien passé s'expriment. Les autres ont mal, ou honte et essayent de vivre avec. En creusant un peu sur Internet j'ai vu une autre nana qui se plaignait de Suporn, pour une autre raison (mais douleurs aussi, qu'elle a pu supprimer en passant par un chir des pays de l'Est. Courageuse, la meuf). Mais c'est tout.
Ce qui m'inquiète c'est que j'ai entendu ici et là que les chir français, mis à par Morell (pas sure de l'orthographe), n'ont pas de résultat terribles, et au final je n'ai pas trouvé de témoignage de première main de nanas insatisfaites. Mais j'ai vu des photos et effectivement il y a de quoi se plaindre. Mais même Morell, j'ai seulement vu une ou deux nanas me dire qu'elles étaient satisfaites et je dois avoir un ou deux témoignages de seconde main sur le même sujet. Ça ne correspond pas à une validation franche et massive.

Si la majorité de celles qui passent sur le billard en France ont des résultats moyens, pourquoi est-ce qu'elles ne se plaignent pas ?

En l'absence de données statistiques claires sur le sujet, je me dis que si ça se trouve on a 90% de SRS ratées (tous chirs confondus) et que les seules qui s'expriment sont celles qui sont satisfaites, ce qui peut largement suffire pour créer un bruit de fond "Allez y les filles c'est cool, il n'y a aucun risque". C'est comme le Loto : On parle de ceux qui ont gagné, pas de ceux qui ont perdu.

Bon vous allez certainement me dire que je réfléchis trop. Je sais que c'est l'un de mes travers, en plus d'un naturel pas très optimiste. Peut-être que je n'ai pas trouvé LA source qui dissipera mes doutes, peut-être que les infos existent mais que je ne sais pas les trouver. Mais pour le moment je suis bloquée dans une sorte d'expectative, par manque d'infos objective sur les taux de réussite.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 11 Déc 2017 05:01 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2010 18:24
Messages: 67
Localisation: Reunion
Bonjour,
Je suis désolée de lire cette histoire pour ton amie, je me suis tellement posée la question aussi, en 1996 quand j ai évoqué l opération pour la première fois ç est vrai que tout n était pas optimal....surtout en France.
Je me suis donc contentée du ths pas au top non plus...et puis le temps à passé et ces doutes ont disparus tellement cette opération était devenu vitale et par cela je veux dire peux importe souffrances ou résultats....ç est vrai je fais partie de celle pour qui tout à fonctionné bien au de la de toutes mes espérances, tant que j ai toujours du mal a y croire ...mais les bonsrésultats sont majoritaires je penses ...
Espoir amour
Bises

_________________
Le plus beau voyage est celui qu' on a pas encore fait... (Loïc perron) ....heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 11 Déc 2017 09:14 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour,

@Claire

Tu viens de soulever le point essentiel dans les interventions de vaginoplastie! (félicitations pour ton objectivité d'ailleurs! et je suis sincère quand je dis ça car je suis comme toi : je me suis posée plein de questions au début mais plus maintenant car mon choix est fait puisque j'ai décidé de ne pas me faire opérer)

Déjà il faut partir du point de départ : on juge souvent un chirurgien par sa dextérité chirurgicale MAIS on oublie l'autre versant : la patiente! Car la réussite chirurgicale dépend en réalité du couple [chirurgien - patiente]. En quoi la patiente peut-elle interférer, me diraient certaines, alors que la patiente subit les gestes du chir?

Et bien si! Le terrain de la patiente est essentiel! Qu'est ce que donc la notion mystérieuse de "terrain médical"? Cela est une notion vague tout en restant précise : l'ensemble des paramètres médicaux et/ou chirurgicaux qui pourraient modifier le pronostic de la chirurgie de reconstruction. Cela englobe des choses comme :
- l'âge : cela parait être bête mais plus on est jeune plus on cicatrise : une vagino à 25 ans est souvent moins compliquée qu'à 45 ans
- le diabète : même équilibré, cela pose soucis en terme de cicatrisation, sans compter en cas de diabète qui se déséquilibre, les soucis de neuropathie diabétique sur des petits nerfs qui peuvent entraîner des douleurs conséquentes (neuropathie diabétique)
- l'hypertension artérielle : qui entrave la cicatrisation
- la poursuite du tabagisme en post-opératoire
- la surcharge pondérale
- les troubles de la coagulation
- la configuration anatomique (schématiquement la taille du pénis qui conditionne la profondeur vaginale théorique donc la nécessité ou pas de peau supplémentaire voire de basculer en vagino sigmoïdienne)
etc etc etc...

Au final la notion de réussite chirurgicale tient en fin de compte aussi bien à la dextérité chirurgicale qu'au terrain de la patiente!

Maintenant que la question de couple [chir - patiente] est réglée, passons à la phase suivante : les différences entre France et Thaïlande :
- en France : la technique pratiquée est l'inversion pénienne plus ou moins augmentée de peau si besoin
- en Thaïlande : le néo-vagin est constitué de peau mais pas d'origine pénienne
Donc en France la chirurgie est dépendante de la quantité de peau pénienne (donc de l'anatomie masculine d'origine) et tout rajout de peau supplémentaire entraîne un surplus de risque de défaut de cicatrisation. A l'inverse de la Thaïlande où le néo-vagin est constitué d'un lambeau cutané unique

A ces subtilités opératoires sa rajoute la durée d'hospitalisation :
- en France : durée de 7 à 10 jours qui va en plus se raccourcir avec les restrictions budgétaires
- en Thaïlande : durée d'environ 1 mois ce qui permet d'appréhender les complications post op à court et moyen terme donc de les régler sur place avant de lâcher la patiente dans la nature
Donc en France, une durée courte s'associe à plus de soins pot op en ambulatoire plus difficiles à gérer alors qu'en Thaïlande, la durée plus longue permet d'éviter les écueils post op

Et puis soyons franches : si la qualité opératoire de vagino en France étaient si excellentes on aurait un afflux de femmes trans de toute nationalité qui se bousculeraient au portillon, ce qui n'est pas le cas à l'inverse d'autres secteurs de chirurgie (notamment 2 secteurs de chirurgie que j'ai côtoyés à titre familial : la chirurgie cardiaque et la chirurgie rachidienne où j'ai vu des patients de toute nationalité se faire opérer)

Maintenant que l'on a terminé pour les données objectives, passons au versant subjectif

Là je vais introduire une notion : il y a 4 catégories de MtF op :
* les patientes satisfaites sur les plans esthétique et fonctionnel
* les patientes satisfaites sur le plan esthétique mais pas fonctionnel (douleur à l'intromission : pardon quelqu'un m'a reproché d'utiliser des termes trop pompeux : pénétration plus simplement, douleurs pelviennes constantes etc)
* les patientes satisfaites sur le plan fonctionnel mais pas esthétique : capuchon néo-clitoridien mal réalisé, petites lèvres mal faites etc... Parmi ces patientes, certaines vont se contenter de ce qu'elles ont et d'autres repasser par la case op... et c'est là que les choses peuvent se compliquer car quelque chose de bénin finit par se transformer en un cauchemar avec soucis de cicatrisation (car ne pas oublier qu'on sollicite de nouveau les capacités de l'organisme à cicatriser une zone déjà remaniée)
* les patientes insatisfaites sur les 2 plans (esthétique et fonctionnel) : là c'est le pire cas de figure car au fond la qualité de vie sexuelle en prend un coup et surtout la qualité de vie tout court!

Parmi ces 4 catégories lesquelles vont poster leurs avis?
* celles en catégorie 1 vont partager leur joie d'avoir tout qui est magnifique
* celles en catégorie 4 vont se plaindre que la chirurgie a fait pire que bien mais elles ne vont pas obligatoirement poster car c'est quelque chose d'intime. ET au fond, elles ont déjà suffisamment de soucis qu'elles se détachent du monde ou alors réaction humaine paradoxale : elles vont se manifester pour dire d'éviter tel chir pour que d'autres souffrent!
* celles en catégories intermédiaire (2 et 3) font avec sans forcément à se répandre sur les réseaux sociaux ou les fora en prenant leur mal en patience non sans regrets

Au final, il est clair que l'on a une sous estimation majeure des complications post-opératoires car celles qui en ont ne vont pas l'étaler sur la place publique : elles ont tout simplement d'autres chats à fouetter!

A toutes ces joyeusetés se rajoute un point essentiel subjectif : la notion du caractère impératif de la vaginoplastie. Et là on entre dans le domaine de la subjectivité la plus absolue qui dépend uniquement de notre propre schéma corporel féminin (en bref jusqu'où va la notion de féminité corporelle?) :
* pour certaines (beaucoup en fait) : la transition n'est achevée qu'au prix de la suppression de l'appendice masculin comme pour gommer tout passé corporel (bon on ne peut pas encore gommer notre composition chromosomique XY et heureusement!)
* pour d'autres : la transition s'achève à partir du moment où le THS a fait son effet féminisant sur le plan corporel et cette catégorie de MtF non op assume leur héritage masculin sans autres transformations corporelles

Donc le choix ou pas de la vaginoplastie est loin d'être simple car au fond il est basé sur un mélange de notions objectives (données médicales) et de notions totalement subjectives (liées à sa propre perception corporelle).

Quelque soit le choix fait, personne n'est à même du juger du bien fondé de la décision d'une MtF Car c'est une décision strictement personnelle. Ce qui revient à dire que les MtF non op ne sont pas des sous femmes (comme je l'ai déjà entendu dire à mon sujet : "si tu n'es pas opérée, tu n'es pas une vraie femme!") au motif qu'elles ne sont pas opérées.

Celle ou celui qui dira qu'une MtF non op n'est pas une vraie femme se prendra de ma part une bonne dose de baffe verbale ou numérique ou en mode réel (si la personne est en face de moi!).

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 11 Déc 2017 12:01 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2010 18:24
Messages: 67
Localisation: Reunion
Merci pour ces mots qui m ouvrent les yeux, m ont fait verser une larme
Je réalise la chance que j ai eu
Le bonheur rend parfois aveugle et égoïste

_________________
Le plus beau voyage est celui qu' on a pas encore fait... (Loïc perron) ....heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 11 Déc 2017 21:37 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 559
Ne t'en fais pas steffie74 tu n'es ni aveugle ni égoïste, notre besoin et souhait est légitime... Et puis je pense que c'est bien autant pour soi que pour les autres de le partager quand ça se passe bien.

R
ania a sûrement raison de dire que les personnes pour qui ça se passe mal témoignent pas. Il paraît aussi que les gens qui ont des percing qui tournent au vinaigre vont voir ailleurs pour arranger les choses et que du coup les perceurs ne sont jamais au courant des problèmes rencontrés par leurs clients, ont peut établir un parallèle.
E
n tout cas moi si ma réassignation se passe mal je témoignerai en essayant d'être la plus objective possible.

B
ien évidemment que ce n'est pas le contenu d'une culotte qui définit la féminité ou non !
J
e voudrais juste rajouter que... Pour moi ce qui augmente mon ressenti corporel féminin n'est pas la supression du sexe masculin mais la construction du féminin (ou mieux le voir comme la transformation d'un même sexe d'un état masculin à un féminin). Pour moi penser à la supression du masculin en tant que telle n'a pas de sens, pour prendre un exemple extrême je préfèrerais avoir les 2 à la fois que rien du tout ou que rester en l'état.
M
ais ça empêche pas que mon ressenti corporel féminin soit positif et suffisant à partir du moment où il y a le minimum nécessaire (visage féminin, un peu de poitrine, formes agréables et fait d'être perçue comme une fille). D'ailleurs vers le début de ma transition je pensais me contenter d'être non-op' même si j'avais compris que l'envie d'opération me viendrait en cours de route et j'eus raison. Ce qui me pousse à vouloir parfaire ma transition (que ce soit pour la rééducation vocale, les épilations définitives ou le changement de sexe) est secondairement un perfectionnisme (hypothèse), le fait que le sexe me gêne dans la pratique, qu'il me paraisse intrus, la volonté d'avoir une vie sexuelle en adéquation avec mon ressenti mais principalement le fait que tout cela (sexe, poils que j'épile à grand gaspillage de temps, voix pas terrible) me fasse me sentir impure et donc occasionne une gêne théorique, psychologique. En plus conserver mon sexe une fois ma transition correcte m'expose à beaucoup de rejet. Je pourrais certes me contenter d'une apparence féminine mais cela serait bien décevant pour moi, il m'en manquerait encore pas mal pour me sentir en phase avec moi-même. Mais j'assume mon origine masculine sans honte et n'ai nul rejet pour mon sexe masculin : je le vois comme mon sexe féminin en devenir, je dois en prendre soin. Je ne sais pas si beaucoup de MTF le vivent comme moi. en tout cas il semblerait que je sois un cas intermédiaire entre les 2 présentés par Rania

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi

https://ask.fm/
lEffrontee


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Déc 2017 08:36 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Nov 2014 08:32
Messages: 373
Bonjour à toutes,

je trouve ce fil très intéressant parce qu'il atteint un point dont on parle peu, sachant que souvent les psys sont vu.e.s comme des empêcheur.se.s de transitionner (en rond ou en carré :-)

Je veux parler de ce qu'on appelle le "self" chez les trans.

Le self, c'est un mot qui désigne l'ensemble des choses qui font qu'on est soi et la façon dont on est soi dans son corps, dans sa tête, dans son environnement psychologique, social...C'est un concept encore flou, il y a beaucoup de recherches aujourd'hui sur le sujet, qui mobilise des psys, des neurologues, des spécialistes de l'imagerie mentale...

Et la chose dont on parle en général encore moins, c'est, dans ce thème du self, la façon dont on envisage notre corps sensuel, ce que ça veut dire pour notre self à chacun.e d'entre nous dans notre corps à chacun.e d'entre nous (je mets des n.e parce qu'on peut être partagées entre des ressentis qu'on identifie féminin ou masculin selon les cas, les personnes, les parties du corps...)

Personnellement je considère qu'une sensualité féminine est un ressenti de vibrations de plaisir dans tout le corps, et non pas localisées principalement dans l'organe sexuel, ceci étant dû au fait que les organes sexuels féminins sont logés à l'intérieur du corps : donc peu visibles, difficiles à se représenter en détails, et en plus capables de communiquer à toutes les zones du corps situées autour (ventre, cuisses, fesses, et au delà par le jeu des circuits nerveux voire énergétiques) des sensations de désir et de plaisir. En conséquence de quoi, personnellement, découvrir le potentiel érogène de tout le reste de mon corps, hormis les parties génitales, m'a permis de me sentir beaucoup mieux comme femme, avec une sensualité de femme, dans le corps masculin que j'ai habité dès ma naissance. Ce qui m'a permis aussi d'être moins pressée d'accomplir des transformations sur ce corps, même si aujourd'hui j'y pense de plus en plus...

Qu'en pensez-vous ? Est-ce que ce que je raconte ressemble à des choses que vous avez ressenties aussi ? Ou est-ce que votre expérience de ce qu'est la sensation féminine de son corps est très différente ?


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Déc 2017 18:05 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Coucou LilasLuz !

Pour ma part je suis perdue dans la "dichotomie" des perceptions du corps dans un cadre érotique. J'ai du mal à voir ce qui est hormonal et ce qui est psy.

J'ai été très frappée par une vidéo de Lulla Blabla qui racontait comment son corps réagissait suite à sa prise d'hormones. Elle parlait notamment d'une sorte de boule au ventre, presque douloureuse, quand elle décidait de se laisser aller à ressentir du désir sexuel (Elle dit qu'elle peut décider de le laisser venir ou de le bloquer complètement). Elle présentait ça comme une conséquence de sa prise d'hormones, c'était tout nouveau pour elle. Problème : Pour ma part je vis ça depuis la puberté (Et à l'époque j'avais un profil hormonal masculin, forcément) !

De mon côté, ce que j'attribue aux hormones c'est plutôt une grande "réactivité" tactile : Faut pas me toucher beaucoup aux bras poitrine dos jambes etc pour que je m'électrise. Ca ne fonctionne qu'avec les personnes qui me plaisent, ce qui me semble correspondre à ce que Lulla appelle le fait d'autoriser ou non le désir à arriver. Et au niveau génital, bah on me touche là, il ne se passe pas grand chose. Ca pourrait être aussi dû au fait que je m'interdis de ressentir du désir avec ça, j'imagine.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Déc 2017 18:58 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonsoir LiliasLuz et Claire!

@LilasLuz

Je te rejoins sur le point de la conception mentale du corps féminin. Bien que j'ai un corps "hybride" n'étant pas op, j'ai appris à maîtriser l'aspect neurologique grâce au yoga (j'ai été initiée au yoga par mon père quand j'étais gamine...)

Pourquoi? Le yoga part très très schématiquement du principe de l'équilibre entre 7 chakras ou noeuds énergétiques qui correspondent en réalité à 7 structures neurologiques (ganglions nerveux, système autonome cardiaque etc...) ce qui montre qu'au fond le système nerveux central est aussi d'une façon indirecte le substrat physique de notre "âme" puisque la pratique du yoga permet (quand on atteint un certain niveau) le contrôle sur notre propre système neuro-végétatif autonome dont font partie les nerfs de la partie génitale (chakra n°2)

En quoi le yoga permettrait-il de modifier son schéma corporel féminin? Indépendamment de l'aspect apaisant que cela procure, le yoga permet de se rendre compte d'éléments que l'on connaît (comme le truc le plus basique : le clitoris a la même structure histologique que les corps caverneux) et donc de modifier notre propre schéma de perception corporelle à travers le système neurologique...

Cela peut paraître abstrait certes voire tiré par les cheveux dans une conception strictement occidentale (mais bon j'ai la chance d'être dans une grande famille où nous estimons toutes et tous que le visible - la science - et l'invisible - appelez ça le monde divin ou ce que vous voulez - ne sont que les 2 faces d'une même pièce et que donc seule la combinaison des 2 permet d'apprécier pleinement ce que nous sommes)... mais au fond la réalité que nous percevons n'est que un ensemble de simples impulsions électriques qui nous permettent la perception du monde. Mais est-ce la réalité? Après tout, quand on fait un cauchemar ou un rêve érotique, notre perception est telle que l'on a d'authentiques sensations physiques (les palpitations cardiaques d'un côté ou une stimulation sexuelle de l'autre) alors que nos 5 sens sont au repos... Donc au final il faut considérer que notre cerveau est suffisamment puissant au point d'induire des sensations physiques SANS aucun substrat sensoriel et tout cela n'est que juste de simples impulsions électriques codées en mode binaire (stimulation ou pas)...

Le yoga permet la prise de contrôle de ce merveilleux système nerveux par notre esprit... C'est très simplifié je précise... La neurobiologie du yoga est un pan entier spécifique qui ne peut être expliqué en 1 simple post (il faudrait plusieurs pages...)

@Claire

En fait nombreuses sont celles qui pensent que le THS modifie le psychisme... En réalité le THS n'agit pas directement sur le psychisme. Le seul effet médicalement reconnu est la libido :
- un THS en bithérapie estradiol / progestérone n'a aucun impact sur la libido ni en défaut ni en excès
- un THS en bithérapie estradiol / cyprotérone a un effet négatif sur la libido car la testo est basse et pas de progestérone pour compenser
- un THS en trithérapie FIXE estradiol / progestérone / cyprotérone n'a pas d'impact sur la libido : car l'effet anti-libido de la cyprotérone est compensé par la progestérone
- un THS en trithérapie CYCLIQUE estradiol / progestérone / cyprotérone a un effet curieux sur la libido : la progestérone augmente progressivement de 100 mg en basal pour arriver au pic à J21 à 400 mg puis rebaisser à 200 mg sur le reste de la phase lutéale. Les observations de ma mère sur les THS cyclisés sont bien confortés par mes propres observations : la libido grimpe sur la deuxième moitié de la phase lutéale et persiste jusqu'à J2 à J3 du cycle suivant.

Pour l'aspect tactile, cela est lié à un effet non neurologique du THS : la graisse sous-cutanée diminue et la peau devient plus fine. Les récepteurs sensoriels cutanés sont plus à fleur de peau (au sens littéral du terme) ce qui exacerbe non seulement les sensations tactiles mais toutes autres sensations (sensibilité thermique ou barométrique - à la pression si tu préfères)

(Désolée pour toutes celles qui ne veulent pas de cours de sciences au passage...)

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Déc 2017 19:28 

Inscription: 23 Nov 2009 20:20
Messages: 2109
rania-m a écrit:
En fait nombreuses sont celles qui pensent que le THS modifie le psychisme... En réalité le THS n'agit pas directement sur le psychisme. Le seul effet médicalement reconnu est la libido :

Pour l'aspect tactile, cela est lié à un effet non neurologique du THS : la graisse sous-cutanée diminue et la peau devient plus fine. Les récepteurs sensoriels cutanés sont plus à fleur de peau (au sens littéral du terme) ce qui exacerbe non seulement les sensations tactiles mais toutes autres sensations (sensibilité thermique ou barométrique - à la pression si tu préfères)

(Désolée pour toutes celles qui ne veulent pas de cours de sciences au passage...)

Rania


Merci aussi pour ça. Ce qui met un terme à toutes les aberrations (illusions fantasques) proférées que l'on peut lire ici ou là.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Déc 2017 01:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 559
"un THS en bithérapie estradiol / progestérone n'a aucun impact sur la libido ni en défaut ni en excès"

A
lors là c'est pas DU TOUT ce que j'ai constaté... Et ce depuis le début... Et pourtant c'est pas faute d'en prendre guère de la progestérone (400 mg par jour depuis plus de 10 mois)...
E
n quantité ma libido a BEAUCOUP baissé (c'est même faible à dire, je devraie dire énormément) mais elle a é aussi modifiée en qualité! C'est quelquechose de différent, plus subtil, profond avec un côté un peu intellectuel... C'est difficile de bien le décrire... En fait j'irai même jusqu'à dire qu'il y en a 2 formes, une masculine atténuée, plus forte et extérieure, qui a besoin de s'exprimer corporellement et une plus intime, profonde et intérieure... Qui peut aller jusqu'à une sorte d'excitation mais ne va pas susciter de passage à l'action. C'est mon vécu... Mon corps ne réagit pas de la même manière non-plus donc ça ça répond à LilasLuz car je me reconnais bien dans ce qu'elle a dit...

D
e plus dans la conférence que j'ai partagée il y a peu le chercheur dit bien que le cerveau est truffé de récepteur aux hormones sexuelles (plus dans certaines zones me semble-t-il) et sous-entend que cela expliquerait bien des différences fonctionnelles entre le cerveau mâle et femelle et donc des différences comportementales entre les genres... puisque c'est le sujet de cette conférence
J
e pense pas que les chercheurs disent des choses aberrantes... là j'étais obligée d'intervenir
J
e sens que mon intervention va déplaire mais... Si je suis un cas limite... c'est qu'il y aurait encore de quoi étudier et apprendre

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi

https://ask.fm/
lEffrontee


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Déc 2017 08:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2016 22:25
Messages: 167
Localisation: Essonne
Justement je me posais des questions concernant mon ressenti vs la description que Rania a faite.

Pour ma part j'ai fait 9 mois en Oestrodose (2 pressions) + 200 Mg de Proge + 50 mg de Spironolactone et j'ai vu ma libido (pas bien vaillante à l'origine) descendre encore jusqu'à un quasi zéro. Par la suite ma testo a augmenté (et là la libido est repartie en flèche et en mode masculin, grand moment WTF pour moi), et en conséquence on a monté l'Oestrodose à 3 pressions, la Spiro à 100 mg et on a ajouté 5 mg de Finastéride. Depuis j'ai constaté que j'ai de nouveau une libido que je qualifierait de féminine. En tous cas c'est nettement plus présent qu'avant (et c'est nettement différent de ce que j'ai ressenti lors de la poussée de libido masculine de Septembre). En parallèle j'ai constaté que mes douleurs mammaires ont nettement augmenté, aussi. Et je pleure très souvent en ce moment.

Vous noterez que la progé est la seule hormone dont le dosage n'a pas bougé depuis le début.

Du coup, je me demande si sur les 9 premiers mois (J'avais un peu de testo dans le sang 0,51 ng/ml, sachant qu'un bonhomme c'est 2.41 à 8.27 et une nana de 0.14 à 0.76) la testo et la proge ne se "parasitaient" pas l'une l'autre, et que l'ajout de Finastéride par la suite n'a pas ensuite permis à la progé de s'exprimer pleinement, en supprimant totalement la testo de mon sang.

Bref, bizarre bizarre.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Déc 2017 10:01 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour,

Je vais essayer de rester zen...

Des fois je me demande si j'écris bien en Français!

@Plûme de roche et Claire

Combien de fois ai-je répété que la progestérone ne sert à rien si l'estradiol n'est pas à dose efficace? Combien de fois ai-je dit que seul l'estradiol induit la synthèse des récepteurs à la progestérone? (Cheyenne avait d'ailleurs repris ma réponse à je ne sais plus qui... à force d'entendre les mêmes questions!)

Pour Plûme, tu pourrais avaler 1000 mg de progestérone que ça n'aura aucun effet si ton dosage en estradiol est insuffisant!

Pour Claire, il faut raisonner en équivalence : tu as de l'Oestrodose. donc sachant que chaque dose délivre 0,75 mg estradiol et que 1,5 mg oestrodose = 1 mg estradiol micronisé, cela revient à dire que :
- 2 pressions Oestrodose = 1,5 mg estradiol percutané = 1 mg estradiol oral
- 3 pressions Oestrodose = 2,25 mg estradiol percutané = 1,5 mg estradiol oral

Partant du principe que les protocoles nord-américains (qui sont plus sophistiqués qu'en France) nécessitent 4 à 6 mg estradiol oral (et là je précise que vous pouvez trouver les infos sur les sites hospitalo-universitaires américains, et je ne fais pas appel à mes ancêtres comme me l'avait sorti une fois Natasha... mais au bon au moins mes ancêtres ont contribué largement à l'évolution de la science et de la médecine même si beaucoup de leurs recherches sont restées et resteront non accessibles au public), disons que ton équivalent de 1,5 mg estradiol oral te permet de fabriquer des récepteurs à la progestérone mais reste largement en-dessous de ce qui est nécessaire pour une féminisation satisfaisante et stable.

suite au prochain post

Rania


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com