Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 17 Juil 2018 08:53

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté: 03 Oct 2016 11:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Quand même mentionner - je vois que les qui y organisent ne se précipitent pas pour le faire sur ce forum - qu'aura lieu samedi 15 octobre, à paname évidemment, l'habituelle manif annuelle trans' et intersexe de l'Existrans. Qui est et reste bien la seule de ce genre en hexagonie, et ce depuis vingt ans. Le rendez vous est pour quatorze heures au métro Belleville.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 03 Oct 2016 11:49 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Oui, pour celles qui ne connaissent pas, c'est une manifestation annuelle organisée par un collectif d'assoces et de personnes (collectif Existrans), et qui se veut tout à la fois un moment d'affirmation d'existence, ne serait-ce que par le fait qu'elle est, et est restée, unique à ce jour dans ce pays, où les trans' ne se rassemblent presque jamais ou pas en grand nombre et "open" ; et par ailleurs une plateforme de revendication, notamment pour l'avancée des droits et la reconnaissance sociale.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 14 Oct 2016 12:21 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Le communiqué du collectif Existrans pour cette année, suivi de la liste de revendications :
(petite note, chuis pas très sûre qu'il existe une médecine "non occidentale" et surtout des sociétés géniales qui ficheraient "ailleurs" la paix aux intersexe...)
En dessous j'ai mis le communiqué d'act up, qui cause plus précisément des rapports entre droits, rapports sociaux et santé.



AUTODÉTERMINATION , SANTÉ , DROITS POUR LES PERSONNES TRANS ET/OU INTERSEXES
20 ANS QUE LA FRANCE (NOUS) PIÉTINE !
L’Existrans, la marche des personnes trans et intersexes et des personnes qui les soutiennent, partira le samedi 15 octobre 2016 à 14h de Belleville (Paris).
C’est la 20 ème édition de cette marche de visibilité et de revendications des personnes trans et intersexes !
20 ans que nous marchons, pour notre santé, pour nos droits, 20 ans que la France (nous) piétine !
L’AUTODÉTERMINATION, PAS UN PEU, PAS À MOITIÉ : CEC LIBRE ET GRATUIT, EN MAIRIE !
Ce 11 octobre, les députés examinent, en dernière lecture, un article du projet de loi pour la « Justice du 21 e siècle » encadrant les procédures de changement de mention du sexe et de prénom à l’état civil (CEC). Aujourd’hui, ces procédures restent abandonnées à l’arbitraire des tribunaux, suivant des jurisprudences qui conditionnent notamment le CEC à des critères psychiatriques et médicaux, exigeant des personnes trans des preuves de leur stérilisation.
Après des années de lutte intense des associations trans, l'Assemblée Nationale a voté le 12 juillet un texte censé lever l'exigence d'attestations et d’expertises médicales ou psychiatriques dans les procédures de CEC. Ce texte s’obstine pourtant à soumettre le changement d’état civil à l’arbitraire de l’appréciation des juges selon des critères flous. Ainsi, 20 ans après la première marche Existrans, notre combat continue pour que notre droit à l'autodétermination, nos corps et nos identités cessent d’être piétinés !
Nous dénonçons le blocage systématique du gouvernement pour empêcher une procédure de CEC libre et gratuite, sur simple déclaration en mairie. Cette déjudiciarisation est la seule solution rapide, transparente et à même de respecter réellement l'autodétermination des personnes, comme l’a rappelé le Défenseur des Droits dans sa décision cadre du 24 juin 2016. D’autres pays tels que l'Argentine, Malte, le Danemark, la Colombie, l'Irlande et dernièrement la Norvège l’ont
déjà instaurée : que fait la France ?
Nos associations l’affirment depuis des années, rejointes aujourd’hui par les experts juridiques, les chercheurs et récemment le Défenseur des Droits : un CEC dépsychiatrisé et déjudiciarisé est non seulement possible, mais nécessaire. C’est une base minimale indispensable pour lutter efficacement contre les discriminations, pour permettre aux personnes trans de sortir de la précarité et améliorer leur accès aux soins, à l’éducation, au marché du travail, pour lutter aussi contre
l’épidémie de VIH qui touche de manière disproportionnée une part des personnes trans.
L’Etat se doit d’être exemplaire dans ses lois pour faire enfin reculer la transphobie dans la société ! Non, ni les psychiatres, ni les médecins, ni les juges ne sauront jamais mieux que les personnes concernées qui elles sont et comment elles doivent être identifiées à l’état civil. Ce n’est pas à un tiers de le déterminer, ni d’en juger. L’autodétermination n’est pas un principe négociable !
En excluant les mineurEs des procédures de CEC, le législateur envoie aussi un très mauvais signal aux parents et aux adultes qui entourent les enfants trans, alors même que le soutien de la société leur est indispensable pour vivre librement et sereinement dans le genre qui leur convient. De même, les personnes trans nées à l'étranger doivent pouvoir bénéficier de recours adaptés à leur situation pour mettre à jour leurs prénoms et genre sur les titres de séjour et autres documents
d’identité.

ARRÊT IMMÉDIAT DES MUTILATIONS DES ENFANTS INTERSEXES
Suivant la même vision normative et réductrice du rapport entre les sexes qui nourrit la transphobie, le législateur continue aussi d’ignorer et de violenter les réalités intersexes. Chaque jour, des enfants intersexuéEs viennent au monde, en France ou ailleurs. Aujourd’hui encore, la médecine
occidentale moderne s’obstine à faire de ces variations notamment morphologiques, hormonales et/ou génétiques des caractères sexués un état pathologique nommé « trouble du développement sexuel ». Ce diagnostic entraîne la mise en place d’un protocole médical qui ne répond à aucune nécessité médicale mais vise à transformer ces corps jugés « anormaux » en corps « normaux », suivant les catégories de sexes « homme » et « femme ». De nombreuses mutilations
sexuelles ainsi que des traitements hormonaux sont ainsi imposés sans le consentement des personnes concernées, le plus souvent très jeunes. Pratiquement toujours irréversibles, entraînant parfois la stérilisation et provoquant souvent d'autres effets secondaires, ces atteintes particulièrement violentes à l’intégrité physique des personnes intersexes sont
insupportables, jamais sans conséquences psychiques pour les personnes qui les subissent.
Le Comité contre la torture de l’ONU lui-même, dans ses « Observations concernant le septième rapport périodique sur la France », a recommandé à notre État de « prendre des mesures législatives, administratives ou autres nécessaires pour garantir le respect de l’intégrité physique des personnes intersexuées ». La France doit mettre fin à ces pratiques !
COMMUNIQUÉ DE PRESSE : 20 ème MARCHE EXISTRANS LE 15 OCTOBRE 2016
NOUS MARCHONS POUR RESTER VISIBLES, ET QUE SOIENT ENTENDUES NOS REVENDICATIONS :

● Le changement d’état-civil libre et gratuit en mairie , sans condition médicale (ni stérilisation ni suivi
psychiatrique), sans homologation par un juge.
● La suppression de la mention de sexe à l’état-civil et sur l’ensemble des documents d’identité
● Le libre choix des parcours médicaux , sur la base du consentement éclairé , avec le maintien des
remboursements en France et à l’étranger.
● Le démantèlement des équipes et protocoles hospitaliers et la formation des médecins et chirurgiens français pour
un suivi médical de qualité, respectueux et dépsychiatrisé .
● La formation et la sensibilisation des personnels en contact avec les personnes Trans et Intersexes (santé,
éducation, social, administratif, justice, prisons, etc.), en lien avec les associations Trans et Intersexes.
● La mise en place de mesures pour favoriser l’accès au monde du travail et aux études et pour protéger les
salariéEs Trans et Intersexes.
● La suppression des tests d’identification sexuelle pour les compétitions sportives
● Le financement de campagnes de sensibilisation , en collaboration avec les associations Trans et Intersexes,
pour lutter contre la Transphobie et les violences médicales et sociales contre les personnes intersexes et
pour la visibilité des personnes Trans et Intersexes.
● Le financement de la recherche et de la communication sur la santé des personnes Trans et Intersexes et de
leurs partenaires (VIH/sida, hépatites, IST, effets des traitements à long terme, interactions médicamenteuses, etc).
● L’abandon des lois pénalisant le travail du sexe précarisant et mettant en danger les personnes Trans et
Intersexes concernées, y compris la pénalisation des clients.
● Le respect des droits humains pour les personnes Trans et Intersexes en milieu carcéral.
● La reconnaissance et la prise en compte de l’extrême fragilité sociale des personnes Trans et Intersexes migrantEs
sans papiers dans les demandes de régularisation et d’asile.
● L’arrêt immédiat des opérations et des mutilations , des stérilisations, “traitements” chimiques ou hormonaux
forcés, des pratiques psychiatriques imposées sur les enfants et adolescent-e-s Intersexes, l’accompagnement
psychologique non pathologisant de leurs parents et l’accompagnement à l’auto-détermination des Intersexes,
conformément à la résolution 1952 (2013) du Conseil de l’Europe pour le droit des enfants à l’intégrité physique.
● La suppression de la caractérisation de l’intersexuation comme “troubles du développement sexuel” dans la
classification internationales des maladies et sa déclinaison dans les textes réglementaires en France.
● Le retrait du « trouble de l’identité sexuelle » des manuels internationaux de diagnostic : DSM IV et CIM 10.
● L’accompagnement des enfants et adolescents dans leur autodétermination, y compris le respect et la protection
de toute expression de genre, le respect des prénoms et genre choisis, notamment dans le cadre scolaire, l’accès
sur la base du consentement éclairé aux traitements hormonaux et/ou bloquant la puberté, comme aux autres
traitements ou opérations, et l’accès au changement d’état-civil.
● L’accès à la PMA et le respect des droits des parents Trans et Intersexes, notamment par la modification des actes
officiels des enfants et des partenaires.
● La prise en compte par les médias du kit de l’Association des Journalistes LGBT (AJL) pour le respect des
personnes Trans et Intersexes.



Communiqué donc aussi d'act up :

http://www.actupparis.org/spip.php?article5544

Trans : DISCRIMINATIONS = CONTAMINATIONS


En 2006, après l’occupation du siège du Parti Socialiste par le Groupe Activiste Trans’ (GAT) et Act Up-Paris, François Hollande, alors Premier Secrétaire du parti, nous adressait une lettre [1] dans laquelle il estimait "indispensable qu’un nouveau prénom d’usage puisse être attribué plus facilement, et que les documents administratifs qui doivent être produits dans le monde du travail comme le numéro INSEE, ne trahissent pas en cours de transition et après une identité légale en contradiction avec la nouvelle apparence de la personne".

C’est précisément ce que permettrait un changement d’état-civil libre et gratuit, sans condition d’interventions médicales et d’expertises psychiatriques, sans avoir à se soumettre à l’arbitraire des jugEs et des procureurEs. Revendiquer le changement d’état-civil libre et gratuit, c’est lutter contre le sida. Pouvoir changer d’état-civil, c’est réduire au moins un peu la possibilité d’être immédiatement identifiéE comme trans sur le marché du travail et dans l’accès au logement, limiter ainsi la probabilité d’être victimEs de discriminations et de violences transphobes, et finalement agir sur les conditions de vies dégradées de la plupart des personnes trans pendant et après leurs transitions. La précarité et les discriminations favorisent les prises de risque et entretiennent ainsi le cycle des contaminations au VIH parmi les personnes trans ; pour les personnes trans séropositives, elles sont une entrave majeure dans l’accès aux soins et contribuent ainsi à la dégradation de leur état de santé.

Dix ans après la lettre de François Hollande, force est de constater que les progrès ne sont pas au rendez-vous. Les changements législatifs votés dans le cadre du projet de loi "Justice au 21ème siècle" sont largement en-deçà des revendications formulées par l’Existrans depuis de nombreuses années, et ne sont plus guère défendus que par quelques cheffes associatives en mal de pouvoir.

Les débats parlementaires des derniers mois ont été particulièrement atterrants. Tant les parlementairEs de droite, dont l’imbécilité crasse n’étonne plus, que ceuxELLES de gauche et les représentantEs du gouvernement débattent dans l’ignorance totale des enjeux sociaux liés aux transitions, et font reposer une large partie de leurs interventions sur des fantasmes éculés. L’Assemblée a eu certes le dernier mot sur un Sénat de droite décomplexée ; mais, comme aucun changement positif n’a pu intervenir par rapport à son passage précédent à l’Assemblée, la loi, en maintenant l’arbitraire juridique qui entoure aujourd’hui le changement d’état-civil — rien ne contraint l’autorité judiciaire à accéder aux demandes — et en desserrant à peine l’étau de la médicalisation, ne fait in fine guère mieux que d’entériner une bonne fois pour toute la jurisprudence actuelle, et son cortège d’humiliations, de violences et d’inégalités.

Les cortèges réactionnaires qui s’étaient constitués contre le mariage pour tous reprennent qui plus est du poil de la bête. Ils défilent le 16 octobre en s’engageant une fois de plus explicitement contre toute forme de droit à l’autodétermination, pour les personnes trans comme pour les minorités sexuelles. Ce retour des bigotEs organiséEs nous effraie pour l’avenir, si la droite devait revenir au pouvoir l’an prochain. Cet horizon est doublement effrayant pour ceuxLLES d’entre nous qui, migrantEs, raciséEs, travailleurSEs du sexe, se trouvent ainsi à plusieurs titres dans la ligne de mire des promoteurs de haine.

Contre cet avenir possible, l’auto-organisation et l’activisme doivent être nos armes. Aussi, Act Up-Paris maintient ses revendications :

- un changement d’état-civil libre et gratuit devant unE officier d’état-civil, sans exigence de stérilisation ni conditions médicales ;
- l’auto-détermination dans l’accès aux soins et aux modifications physiques, et le démantèlement du lobby psychiatrisant de la Sofect ;
- la multiplication et le financement de dispositifs de prévention, de dépistage et de soins ciblant spécifiquement les besoins des personnes trans ;
- la promotion de la recherche sur l’épidémie de VIH parmi les personnes trans, et notamment sur les interactions entre antirétroviraux et traitements hormonaux de substitution ;
- des programmes de prévention des IST et du VIH, avec la mise à disposition de tous les moyens de prévention suivant les personnes, du préservatif à la PrEP en passant par le TPE ;
- des dispositifs efficaces de lutte contre les discriminations transphobes, notamment sur le marché du travail et dans l’accès au logement.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Oct 2016 10:27 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Un article paru dans Têtu, qui donc existe encore, je ne le savais pas. yagg se fiche un peu du monde quand il prétend rester le seul medium francophone lgbt. Déjà il y a 360 en suisse, e-llico (la version net de Illico) en france, et je suppose d'autres ailleurs encore... C'est surtout qu'il porte avec une certaine obstination (et des fois un peu d'aveuglement) un message idéologique bien particulier, mais ça n'en fait pas le seul pôle de conscience et d'info.

http://tetu.com/2016/10/14/existrans-2016/

Bon. Moi j'avoue que je reste sceptique devant les thèses éducationnistes "si on explique tout ira bien". Si on explique quoi ? Quelle vérité transcendante qui dépasserait les rapports sociaux et ferait que tout le monde aimerait tout le monde (et qui plus est, comme ça tomberait bien, dans le cadre général de la démocratie individuelle, citoyenne et propriétaire, qui réussit si bien comme onv oit à faire une place matérielle à tout l'monde...) ? Autant les thèses à la Guilly ou à la Tribalat que la haine entre "groupes humains" est "anthropologique", bref "naturelle", intemporelle, que la société est inchangeable et que c'est comme ça, me paraissent de vieux vomis réacs et autojustificateurs, autant l'idée qu'il y aurait une méta-réalité fraternelle des mêmes humains me semble abandonner justement toute tentative sérieuse pour comprendre ce social, qui est basé sur des valorisations hiérarchiques, un ordre assez redoutable à la base (voir Clastres et ses sociétés tribales sans état qui donnent pas envie du tout d'y vivre...) et surtout qui nous constitue toutes entières. A deux ans, on sait infusément où on se trouve dans la société, et les règles de celle ci, et c'est souvent rude. Il n'y a pas je pense de "au-delà" actuel qui nous prendrait déjà sous son aile protectrice. L'inégalité et la violence en fonction des formes et des groupes auxquels on se retrouve assignées sont omniprésentes. Et une chose est d'en saisir le ressort et d'essayer de changer ça (mais vers quel idéal ?), une chose serait quand même de s'investir un peu plus dans l'auto-orga de nous-mêmes, plutôt que d'aller prêcher un supposé universel bienveillant qui sera rejeté, pour de "bonnes mauvaises raisons" si j'ose dire - c'est à dire le fait que les mieux placés dans les échelles sociales n'ont aucune raison immédiate valable de changer d'avis et de pratiques.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Oct 2016 16:57 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2010 17:03
Messages: 1770
Localisation: Sud Livradois
Bonne déesse que je suis embrouillée ; il s'agissait pour moi de dire qu'à mon avis, les rapports sociaux ne sont pas une illusion dont nous devrions être détrompées, mais une réalité qu'il nous faut transformer (si on veut vivre autrement évidement). Ouf, c'est dit.

_________________
La fem-garoue ! Toujours aussi mal épilée, toujours intenable malgré ses rhumatismes les nuits de pleine lune et les jours de révolution sociale. Et pis aussi, faut bien le dire, quand y a du bon vieux punk-rock raisonnablement mélodique des années 80...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com