‘’ nul ne naît femme, mais le devient !’’ disait la Simone, ouais bon je veux bien, ça date un peu...

On est d'abord ce que nous sommes, et certain dépenseront une énergie énorme à le cacher et d'abord à se le cacher.
D'autre utiliserons la mêmes quantité d'énergie a retrouver le chemin de la maison, de leur maison intérieure. Et à devenir ce qu'ils ( elles) sont.

Le transsexualisme est de toutes les époque et de tout les temps, même si c'est préférable d'être californienne dans les années 2000, qu'iranienne en 1970. Il n'y a pas d'homme a 100% et pas de femme a 100% , l'appartenance autant biologique, ( le pire des névropathe macho voit bien des seins quand il se regarde dans un miroir) qu'hormonale, ( toutes les femmes, tout les hommes n'ont pas les même taux d'hormones féminines et masculines).

Psychologique, évidemment, si papa était pas là et maman nous habillai en petite fille, nous aurons à coup sur un problème d'identité sexuelle , à moins d'etre particulièrement peu cérebré.

Et chez certaine d'entre nous, il y a bien sur le terrain chromosomique*, difficile de souscrire à ce que disais la Simone quand on a un caryotype d'hermaphrodite !

 

Et sur le cadran qui va d'une hypothétiques homme 100% a une femme 100% il y a toutes les gradations que rendent possible six milliards d'êtres humains.

Nous sommes un sexe particulier qui se détermine par un mélange plus intimes des caractères des deux sexualités extrêmes, et de par cette chance ( et oui !) nous pouvons quand certaines conditions facilitatrices, sociales, familiales, sont présentes choisir dans une certaine mesure, d'aller vers l'apparence sexuelle dans laquelle nous nous sentirons mieux.

Considérés Homme à la naissance, nous ne serons jamais biologiquement une femme, cela serai une psychose que de le vouloir ( et d'abord c'est quoi être femme: Thatcher ou Pamela ?) mais nous pouvons mettre en accord notre intérieur avec notre extérieur et choisir d'aller vérs ce qui nous apportera plus de bonheur et de joie.

 

 

Maintenant il est vrai que mêmes si je m'appelle à ma naissance Sylvie, que j'ai toutes les cellules de mon corps pareilles a celles d'une Casta, l'enfance d'une Adjani, et les chromosomes de Marilyn, si je me sent pas femme et qu' aucun désir de féminité ne vit en moi ; mon frère risque de devenir bien plus féminin que moi.

 

*Dans l'attente de nouvelles confirmations scientifiques sur les rôles complexes des gènes dans la détermination de genre ou des comportements sexuels .

 

Nad