Forum trans

Le forum I - TRANS - Transgenre et Transsexualité | Transidentité - Infos et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et rencontres

Nous sommes le 25 Mai 2024 17:39

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté: 05 Nov 2023 14:34 
Hors ligne

Inscription: 09 Aoû 2023 09:22
Messages: 14
Bonjour à toutes et à tous,
Je reviens vers vous après deux mois d'absence car je suis perdu sur un nouveau sujet.

Pour vous poser l'histoire, après en avoir parlé avec ma compagne, nous avons malheureusement rompu. Je précise que je ne lui en veux pas, car c'est un énorme changement. Depuis il m'a fallu un certain temps pour en parler à ma mère, qui par ma maladresse à trouvé une lettre que je lui avais adressé. L'ayant mal interpréter, elle l'a annoncé à toute ma famille, mais contre toute attente, cette nouvelle à été bien reçu dans l'ensemble. Ils sont bien évidemment inquiet pour moi, mais ont accepté mon choix est me soutiennent dans celui-ci.

Étant sur de mon choix, j'ai décidé de commencer l'hormonothérapie.

C'est maintenant que j'en arrive à mon sujet. Après deux mois de recherche, aussi bien que sur des site spécialisé que sur des forums. Je me retrouve avec une multitude de protocoles et d'informations contradictoires.

Du côté, je me retrouve avec des dosage d'œstrogène faible au début, puis en augmentation par la suite. De l'autre, un dosage "maximum", dès le début du traitement.
Sur un autre point, je trouve 2mg d'œstrogène par jour maximum, mais d'un autre côté je trouve que le minimum est de 3mg.
Certain loue la progestérone dès le début, d'autre dise pas avant deux ans
Côté anti-androgen, je peux trouver des personnes parlant en bien d'androcur, puis celles d'à côté vont dire que c'est une aberration. La même chose pour le decapeptil et le bicalutamide.

J'ai vu beaucoup de différence être la France et les États-Unis par exemple, du simple au quadruple pour ainsi dire.
J'ai par exemple trouver la méthode la powers sur le site wiki trans.

Un autre point qui peux sembler très contradictoire pour certain mais, au vu des techniques actuelles, je ne pense pas me faire opérer. Je ne sais pas si c'est possible, mais dans cette optique j'aimerais pouvoir me servir de mes attributs.

Voilà je pense avoir tout dis, mais certaines questions me reviendrons certainement en discutant avec vous. Je vous remercie d'avance pour vos réponses ^^

Anna


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 05 Nov 2023 17:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 917
Localisation: Aquitaine
Bonjour Anna

Tu te lances dans une aventure qui n'est pas facile et éprouvante mentalement.
L'épouse s'"éloigne" bien souvent, c'est un classique hélas.

Pour les traitements hormonaux, on trouve de tout et beaucoup d'âneries aussi.
Les principes des traitements ont largement évolués ces dernières années et on se retrouve avec des infos contradictoires en fonction de la date.

La meilleure référence du moment :
Standard of Care version 8 de la WPATH:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9553112/
Les endocrinos sont censés s'y référer.

Il faut évidemment commencer par un bilan de santé détaillé, les antécédents personnels et familiaux. Le tabagisme est fortement à éviter. Antécédents de thromboses ?
Il peut y avoir des complications.

Les bases consistent à bloquer la testostérone ( ou ses effets ) et prendre des estrogènes.
Principe simple, mais il y a la manière de l'appliquer et c'est moins simple.
Problème aussi si l'endocrino n'est pas à jour dans le domaine trans...

Les anciennes pratiques consistaient à vivre en femme un an ( ou + ) sans aucun traitement, ou seulement avec un blocage de testo, SANS estrogène. C'était intenable et une porte ouverte au suicide.

Ces anciennes pratiques se retrouvent encore, +/- édulcorées. Elles sont à rejeter.

Si l'on commence par bloquer la testo ( production ou effets ), il est fréquent de provoquer une dépression psy forte. Pour éviter cela commencer par de l'estradiol quelques mois, et l'on continuera plus tard en bloquant la testo.
Au départ les récepteur de l'estradiol mettent environ un mois à se former afin que l'estradiol soit efficace.
On peut commencer par de petites doses d'estradiol que l'on augmente ensuite.
Les récepteurs de la progesterone se forment ensuite avec l'estradiol, et on peut alors la commencer.
Certains endocrinos ne veulent pas de la progesterone...
La progesterone a divers effets utiles, mais son effet anti androgène est faible, négligeable.
Elle a un effet soporifique par voie orale, à prendre au coucher.

Arrive le moment de bloquer les androgènes. Diverses méthodes sont envisageables:

- l'orchidectomie, que l'on peut faire en début de transition. C'est radical et irréversible.

- Le CPA ( Cyproterone Acetate / Androcur ).
Très décrié et presque abandonné.
il a été utilisé à des doses bien trop élevées ( 50, voire 200 mg/j ) et inutiles. Cela a entrainé nombre de méningiomes, souvent détectés tardivement.
Il a maintenant une très mauvaise réputation et la plupart des endocrinos le refusent.
C'est totalement injustifié car utilisé à dose adéquate ( 10 mg/j, voire 2 mg/j ) il fonctionne très bien avec très peu de risques de méningiomes. il y a de plus une surveillance à faire par IRM.
À ces doses, les risques à 2-3 ans ( -> SRS ) sont infimes.

- Les agonistes et antagonistes GNRH
voir:
viewtopic.php?f=3&t=24711
J'ai détaillé cela.
il faut savoir que les agonistes ( Decapeptyl,... ) provoquent un sursaut ( flare up ) de LH/FSH ( -> testo ) qui n'est pas agréable du tout. Cela diminue par la suite en 40-50 jours avec une testo très basse.
Il est souhaitable de contrer ce sursaut en commençant par un antagoniste GNRH ( Degarelix ) et on enchainera ensuite les agonistes ( sans sursaut ).
On peut utiliser contre cela le CPA, le Bicalutamide...
Des endocrinos se moquent de cela et considèrent que l'on peut bien subir les inconvénients de ce sursaut...

------

Les doses d'estradiol...
Le Standard of Care préconise des taux de 100-200 pg/ml d'estradiol.
il faut ajuster la dose en conséquence.
Cela peut être de l'ordre de :
4 mg/j en comprímés
4-6 mg/j en gel
Il y a de fortes variations individuelles.

Perso, je suis trop haute ( migraines sinon ) vers 400 pg/l en estradiol ( Estreva ), 100mg/j progesterone, 2 mg/j/ CPA ( contre les migraines, inutile en principe après SRS ). Je compte l'utiliser à vie sauf pépin.

-------

La durée du traitement.
Des endocrinos considèrent qu'après 50 ans, pas d'hormones ( ménopause ).
Je ne suis pas d'accord, je suis les recommandations des gynécos à jour des connaissances:
- THM à vie si l'on veut, sauf pépins. Mais suivi mammographie et gynéco.
Avec l'avantage du confort et d'éviter l'ostéoporose.
- Sans THM ou l'arrêter. Moins de risques mais moins de confort. Risques d'ostéoporose.

-------

Utiliser le service 3 pièces.
Avec le blocage de la testo, on a une atrophie des "boulets", qui peuvent ( 1-2 ans ) remonter le tunnel inguinal.
Les érections... souvent bye bye !

_________________
Libérée, Délivrée...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Nov 2023 14:38 
Hors ligne

Inscription: 09 Aoû 2023 09:22
Messages: 14
Merci pour ta réponse meav ^^,
Après avoir lu ta réponse très complète, je me suis penché sur le document que tu a mis en lien. J'y ai passé la fin de la journée, j'avoue que je n'ai pas tout lu, mais j'ai bien feuilleté les passages important.

Je ne suis absolument pas médecin, mais de ce que j'en conclu, le mieux pour mon cas serais:
Entrée 3 et 6 mg d'œstrogène en comprimé
Degalrelix ou équivalent le premier mois, puis decapeptyl un fois par mois au début je pense, puis tout les trois mois
Pour la progestérone à voir au bout d'un certain temps, si j'en ressent le besoin

Ce qui me tire un peu souci c'est au niveau de la pousse de la poitrine. Est ce qu'il faut augmenter les œstrogènes, en fonction des stade de développement, ou alors avoir un niveau élevé dès le début ? :/
Je pause la question car une méthode consiste à augmenté le taux d'œstrogène, en fonction des stades de taner, mais en respectant les taux de la puberté féminine. J'ai trouvé ça sur wiki trans, après je ne sais pas si c'est une bonne source. Surtout que je viens d'avoir 25 ans, donc la puberté commence à être loin. Tout ça pour dire que si je peux éviter de faire de la chirurgie je préfère. Mais bon je sais que tout ne se passera pas comme prévu, donc je suis près à faire des sacrifices.

Si je comprend bien pour le service trois pièces, c'est compliqué mais pas impossible ^^'. Je ne sais pas se que cela vaut, mais j'ai trouvé sur un site québécois qu'il était possible d'atténuer la chose avec de la testostérone en gel. Pas tous les jours j'imagine, sinon la transition ne fonctionnera pas ^^'. Je comprend que le fait même de parlé de cela peut être incompréhensible pour certaine d'entre vous. Mais j'ai envie d' avoir une vie sexuelle. Néanmoins je sais que j'aime les femmes ^^.

En tout cas, merci pour ta réponse, j'espère que d'autre pourrons m'apporter leur expérience ^^


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Nov 2023 16:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 917
Localisation: Aquitaine
Hello Anna,

C'est bien cela.
Pour débuter les antiandrogène en évitant le sursaut de LH/Testo on peut commencer par le Degarelix, puis Decapeptyl.
Parfois on commence par le Decapeptyl mais en "neutralisant" les effets du sursaut en utilisant en même temps le Bicalutamide.

Parfois on n'utilise que le Bicalutamide, mais le foie n'aime pas trop et on garde de la testosterone dont on ne connait guère les interférences possibles. L'estradiol fait un peu baisser cette testosterone mais c'est peu efficace dans la plage 100-200 pg/ml.

La dose d'estrogène est plausible. C'est l'analyse qui permettra d'ajuster si nécessaire.
Les gels d'estradiol sont préférés aux comprimés au dessus de 40 ans environ pour un moindre risque de thromboses ou en cas d'antécédents de thromboses.
On peut commencer avec une "faible" dose d'estradiol et augmenter ensuite vers la dose correspondant au taux recherché. Cela permet de voir en cas de mauvaise tolérance.

Pour les seins, il faut un peu forcer la dose d'estradiol. La testosterone inhibe fortement la croissance des seins. On commence par un bourgeon mammaire sous l'aréole et sensible. Cela s'étend ensuite.

On ne peut guère se baser sur les taux cis-F pour les trans-F. Il faut en général des taux plus élevés.
"mais en respectant les taux de la puberté féminine" -> à oublier, c'est de l'amateurisme. Et à quelle période du cycle ?

Malgré la ressemblance ce sont deux mondes marginalement comparables, rien de plus.
Il est rare d'avoir une croissance des seins satisfaisante. La tendance familiale donne une idée de ce que l'on peut espérer dans les tous meilleurs cas.

Le service 3 pièces...
Cela me semble difficile. Sans testo, cela va s'atrophier et le tout va rétrécir. La remontée des boules dans le tunnel inguinal peut favoriser une cancérisation ( c'est le cas pour les enfants lorsqu'ils ne descendent pas ). Ou alors c'est au détriment de la féminisation. C'est en tout cas un équilibre difficile à maitriser. Je n'ai pas d'info dans ce sens et je ne peux guère t'aider.
Un faible apport de testo inhibe facilement la croissance des seins.
Le Decapeptyl ne freine pas la production d'androgènes ( delta4androstenedione, DHEA/DHEAS ) des surrénales, qui apportent un petit apport de testo par conversion.
Cela implique de garder les 'boules" à long terme et continuer l'inhibition sur des années. Les effets à long terme du Decapeptyl ne sont guère connus.
Je sais que le souhait de garder la sexualité masculine pour une femme trans n'est pas rare. C'est ton choix, je le respecte.

_________________
Libérée, Délivrée...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Nov 2023 22:31 
Hors ligne

Inscription: 09 Aoû 2023 09:22
Messages: 14
Bonjour Meav,
Merci pour tes informations qui me seront certainement très utiles ^^. Je pense que c'était un sujet vu et revu, mais j'aurais pensé que plus de personne aller répondre :/
Juste une dernière petite question. Lorsque tu me dis "faible" doses, tu veux dire moins de 3mg ?
Ah oui, le premier mois, tu conseillerais seulement les œstrogènes, ou bien les antiandrogene également?
Désolé de t'embêter avec toutes mes questions ^^'


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 09 Nov 2023 13:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 917
Localisation: Aquitaine
Hello Anna,

Je préfère contrer l'effet souvent dépressif psy de la chute brutale de la testo en anticipant avec de l'estradiol.

Faut-il commencer à faible dose et augmenter assez vite vers la dose de croisière ou commencer directement à cette dose ? Je n'ai pas de réponse tranchée.
Faible ou forte dose c'est par rapport au taux d'estradiol ciblé. Bon, difficile de savoir quel sera l'effet d'une dose donnée sans avoir essayé, donc c'est +/- au pif.
Avec les premières doses, il se forme les récepteur à l'estradiol, cela dure 1-2 mois. L'excès d'estradiol est perdu, sans conséquences particulières.
Commencer à faible dose peut révéler une mauvaise tolérance à l'estradiol, c'est rare mais possible.
Perso j'ai commencé par une petite dose, 1mg/j en cpmés, augmenté de 1 mg chaque 2 semaines jusque 4 mg/j.
Je comptais passer à l'antiandrogène ensuite, mais cela a été retardé suite aux incertitudes concernant la cyproterone ( Androcur ) à cette période. Donc 4 mg/j quelques mois.

Pour l'antiandrogène :
- débuter avec Degarelix, puis Decapeptyl
- débuter avec Decapeptyl et en parallèle Bicalutamide pour bloquer les effets du sursaut de testo.

Mais bien des endos estiment que l'on peut bien encaisser ce sursaut et passent directement au Decapeptyl sans autre suppression... Ce sursaut est de l'ordre de 2 à 3 fois le taux normal.

Vu mes fréquentes réactions bizarres aux médicaments, j'ai préféré ne pas utiliser le Decapeptyl ou le Degarelix. Finalement la cyproterone me convient fort bien, 12mg/j au début, puis 2 mg/j. Une endo avait considéré que c'est un placebo, mais les analyses montrent le contraire. Les doses classiques étaient de 50 à 200 mg/j, on en est loin !

Je surprend très souvent par ma maitrise de mon traitement...

_________________
Libérée, Délivrée...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com